La féculerie d’Haussimont en belle cadence

Marc Freyermut (à gauche), directeur du site Tereos d’Haussimont depuis 2016 et Bruno Lhote, agriculteur, président de la commission pomme de terre de Tereos et membre du conseil de surveillance. (Photo : Agathe Cèbe)

La campagne pomme de terre féculière a démarré le 9 septembre sur le site d’Haussimont (Marne), qui bénéficie des atouts des derniers investissements et projette déjà un prochain plan de développement.

La féculerie d’Haussimont est un des sept sites Tereos présents dans la Marne. Ces sept implantations sont les seules représentantes de Tereos dans le Grand Est. Leurs rendements ont d’ailleurs le vent en poupe : 2400 associés coopérateurs, 500 salariés et 3 700 000 tonnes de matières premières agricoles transformées chaque année. Le site d’Haussimont regroupe, pour deux bassins d’approvisionnement (100% des pommes de terre deVic-sur-Aisne sont livrées à Haussimont depuis 2017) 580 associés coopérateurs qui produisent sur 9600 hectares cultivés. Par an, ce sont donc 500 000 tonnes de pommes de terre qui sont transformées sur le site en 100 000 tonnes de fécule et 40 000 tonnes de pulpe fraîche. Un rendement efficace, donc, qui ne cesse son expansion malgré quelques aléas, notamment météorologiques : la forte sécheresse de l’été 2019 a fortement impacté les récoltes de pommes de terre, qui souffrent plus de la chaleur que les céréales par exemple. Le rendement annoncé pour 2019 sur Haussimont serait donc plus attendu à 370 000 tonnes pour 9100 hectares cultivés. « Il y a une vraie différence entre les chiffres de nos objectifs et les chiffres que nous observons. Pourtant nous nous sommes donnés les moyens d’aller encore plus loin dans notre rendement », explique Marc Freyermut, directeur du site Tereos. Entre un plan d’investissement qui a été particulièrement bénéfique et des perspectives d’amélioration pour 2020, le site marnais met toutes les chances de son côté pour augmenter le rythme de production.

UN ÉLAN COOPÉRATIF

En 2014 et 2017, déjà, les surfaces de travail de l’usine avaient doublé, avec, en réaction en chaîne, la multiplication par deux du nombre d’associés coopérateurs, une augmentation de 130 à 200 jours de campagne et donc, in fine, une production quasi doublée. « Nous sommes dans une démarche d’amélioration continue », poursuit Marc Freyermut, et avec un investissement de près de 30 M€, le site industriel d’Haussimont s’est modernisé, à l’instar de la fabrication d’un atelier d’évaporation qui participe à accélérer l’activité. Mais loin de rester sur ces acquis, le site prévoit, à l’horizon 2020, d’augmenter les surfaces de stockage pour intéresser encore plus de producteurs.
« Nous fidélisons les producteurs existants, mais accompagnons aussi les nouveaux planteurs, en leur démontrant que la production de pommes de terre féculières est très intéressante. En terme de marge brute, une bonne année en fécules est bien plus rémunératrice qu’une bonne année en betteraves », assure Bruno Lhote, président de la commission pomme de terre de Tereos. Et la fécule de pomme de terre, sans gluten et locale, a, de nos jours, un vent éthique en poupe qui ne peut qu’encourager le site marnais à accélérer sa cadence.

L’atelier d’évaporation est un des aménagements les plus récents du site.

Commentaires