La crise du Covid impose des aménagements à la convention entre la SNCF et le Grand Est

La Région reprend à son compte des petites lignes (Charleville-Mézières-Givet ou Reims-Fismes) et ouvre son réseau ferré Fluo TER Grand Est à une concurrence effective.

Assurer l’immédiat et penser l’avenir, la Région adapte ses rapports avec la SNCF en visant l’exemplarité en matière de transport ferroviaire des voyageurs, un volet qui couvre les deux tiers de sa priorité « Mobilités ». La crise Covid impacte fortement le modèle économique du transport ferroviaire de voyageurs. La défiance des utilisateurs se traduit par une baisse de plus de 20 % de la fréquentation régionale des trains en 2020 et donc par une perte des recettes qui pourrait perdurer jusqu’en 2024. Cette perspective oblige la Région à se projeter dans les cinq années à venir. Le chapitre des « Mobilités », incluant fortement le ferroviaire, représente avec 984,1 M€ près de 29 % du Budget Primitif 2021 de la Région, devant les 913 M€ de celui consacré à la « Jeunesse, emploi, formation ».  Lors de sa dernière session plénière, la Région a abordé le chapitre ferroviaire des « Mobilités » au travers de trois axes
Commentaires