La choucroute intéresse la Chine

François Laurent et les conditionnements de plus en plus diversifiés de la choucroute Laurent pour répondre à la diversification actuelle des modes de consommation.

La PME familiale André Laurent mise sur l’exportation pour compenser la diminution de la consommation en France. La choucroute fait partie de la gastronomie traditionnelle française depuis bien longtemps. Pourtant on en mange de moins en moins, la consommation individuelle étant passée de 1,2 kg en 1985 à seulement 600 grammes aujourd’hui. « Les modes de vie évoluent et le snacking remplace de plus en plus le déjeuner, alors nous nous adaptons en développant de nouveaux formats individualisés de préparation rapide », explique François Laurent qui dirige l’entreprise de Blignicourt avec sa sœur Agnès Le Runigo. Pourtant la choucrouterie Laurent, avec sa production annuelle de 8000 tonnes, dont 6500 à Blignicourt et 1500 en Alsace reste bel et bien le premier fabricant français. Les clients traditionnels de la PME familiale auboise sont les charcutiers-traiteurs, les restaurants mais aussi la grande distribution, notamment par