La CCI de la Marne en clubs

Isabelle Laniesse (à gauche), responsable du service « Appui aux entreprises et territoires » de la CCI de la Marne, et Laetitia Couchot (société Tereos), instigatrice du « club RH de la Marne ».

Deux « clubs », l’un rassemblant les membres des ressources humaines, l’autre les acheteurs, devraient prochainement voir le jour sous l’égide de la CCI de la Marne.

Puisque la Foire de Châlons est un lieu de rencontre(s), l’occasion était belle, à l’occasion de la 73e édition de la manifestation, de lancer quelques projets. C’est ainsi que, accompagnés par la CCI de la Marne, des membres de la filière ressources humaines se sont retrouvés à l’initiative de Laetitia Couchot (société Tereos), pour jeter les bases d’un futur « club RH de la Marne ». Parce que la fonction s’est complexifiée ces dernières années, que les changements sociétaux poussent les entreprises à penser différemment les rapports au travail, les responsables du secteur éprouvent le besoin de se retrouver régulièrement pour partager, échanger, parler de leurs expériences, s’ouvrir aux autres entreprises (privées comme publiques), faire intervenir des témoins, des spécialistes du droit du travail, etc. L’un des responsables RH présents à ce rendez-vous fondateur évoquait même le simple besoin de parler des « bobos de la vie des RH », au-delà de tout aspect technique. Preuve que la fonction n’est pas toujours facile.

DES BASES BIEN POSÉES

Il se trouve que quelques jours plus tôt, les membres de la filière « achat » s’étaient rapprochés d’Isabelle Laniesse, responsable du service « Appui aux entreprises et territoires » de la Chambre, pour lui exposer une semblable volonté de se réunir, pour les mêmes raisons et aux mêmes fins que celles évoquées ci-dessus par les RH, « bobos » inclus !

Isabelle Laniesse tenait d’ailleurs à souligner que l’institution consulaire, avant tout au service des entreprises pour les accompagner dans le développement et la pérennisation de leurs activités, était là pour aider à la constitution et au fonctionnement de ce type de structures (par exemple pour proposer l’intervention d’experts dans ces différents domaines), en propulser la dynamique, mais en aucun cas pour se substituer à elles. La naissance et la vie d’un club RH ou d’un club acheteurs relevant donc exclusivement de leurs (futurs) membres. Les bases de ces deux clubs, répondant clairement à un besoin, sont donc posées. Il reste à leurs fondateurs respectifs à en définir les modalités de fonctionnement (lieu des réunions, fréquence, objectifs…).

Commentaires