JVWEB lève 25 M€ et accélère son développement

Jonathan Vidor, président et fondateur de JVWEB.

L’agence basée à Montpellier entend ouvrir de nouveaux bureaux et propose une offre accrue.

Spécialisée dans le référencement payant et naturel sur les moteurs de recherche et la publicité sur les réseaux sociaux, l’agence d’e-marketing JVWEB, fondée en 2004 par Jonathan Vidor et installée à Montpellier, vient de lever 25 M€. Le fondateur, qui reste actionnaire majoritaire, a ainsi reçu le soutien du fonds d’investissement parisien Capital Croissance, créé par un pool d’entrepreneurs, de Bpifrance et de cadres de l’entreprise qui ont aussi investi significativement dans l’opération de MBO. Ces fonds devraient permettre à la PME héraultaise de doubler de taille d’ici quatre à cinq ans. L’entreprise veut en effet accélérer son développement à l’international. Présente en France, en Suisse et en Chine, l’agence lorgne effectivement de nouveaux marchés en Europe et en Asie du Sud-Est : l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne d’un côté, la Malaisie, le Vietnam, Singapour, la Thaïlande et l’Indonésie de l’autre. Des implantations qui pourraient s’opérer via le rachat de concurrents locaux ou via la création de bureaux commerciaux.

Cette levée de fonds vise aussi à accompagner le développement de nouveaux services, soit en interne, soit également par le biais de rachats de structures dans l’Hexagone. Quatre cibles ont déjà été identifiées en France. Un dossier pourrait aboutir d’ici la fin de l’année.

DE LA TPE AU GRAND GROUPE

Forte de 65 collaborateurs, JVWEB a généré l’an dernier 15 M€ de chiffres d’affaires, en croissance de 10 %. Un montant réalisé déjà pour moitié à l’export auprès de TPE, PME et multinationales, à l’image de Disneyland Paris ou de MSC Croisières. « Aujourd’hui, tout le monde a besoin d’être visible sur internet, explique Jonathan Vidor, ce qui explique que 40 à 50 % des entreprises françaises pourraient être clientes de JVWEB. »

Pour convaincre ses clients, la PME montpelliéraine ne manque pas d’arguments : « améliorer leur référencement sur Google leur fait gagner de l’argent tous les mois. Ce n’est pas un investissement en publicité perdu, c’est du marketing gagnant », assure le natif de Dunkerque.

L’entreprise, qui compte ainsi plus de 400 clients disséminés dans une quarantaine de pays dans le monde, issus de 35 secteurs d’activité différents, perçoit ainsi deux sortes de revenus : des honoraires de conseil ou bien une rémunération à la performance, en fonction du taux de transformation, du nombre d’achats, etc.

Même si la pandémie a fait bondir les chiffres du e-commerce, l’entreprise, dont la croissance s’était fortement accélérée depuis deux ans, a, comme beaucoup d’autres, pâti de la crise de la Covid-19. « Elle nous a ralenti fortement, détaille ainsi Jonathan Vidor. En effet, nous accompagnons déjà tous les jours des marques qui vendent sur internet. Celles-ci ont reçu tant de commandes qu’elles ont arrêté la publicité. Et puis certains de nos clients ont fermé parce qu’ils n’avaient plus de boutique physique et d’autres ont fermé parce que leurs entrepôts étaient à l’arrêt. Au final, cela nous a donc beaucoup ralenti jusqu’en septembre. Depuis, au contraire, la pandémie nous aide puisque beaucoup de marques, qui n’étaient pas présentes en ligne, ont décidé de se bouger. Elles se sont en effet rendu compte qu’internet offrait des relais de croissance et permettait de limiter les risques. » Pour faire face à cette hausse d’activité, JVWEB a programmé une dizaine d’embauches d’ici la fin de l’année dont sept pour le seul site de Montpellier.

Au-delà de l’acquisition de visiteurs, son activité historique, l’entreprise veut en effet travailler, pour ceux de ses clients qui ont déjà un site internet, sur « la page de destination », cette page sur laquelle atterrissent les visiteurs lorsqu’ils cliquent sur un lien inséré dans un mail ou une publicité sur Facebook et dont la vocation est de transformer ces visiteurs en prospects. « En fonction du design de la page, des arguments mis en avant, le taux de transformation varie du simple au triple, ajoute Jonathan Vidor. Le retour sur investissement n’est, du coup, plus du tout le même pour nos clients ! »

Outre cette nouvelle activité, l’entreprise veut aussi travailler sur la mesure de l’audience. « Elle s’est beaucoup complexifiée, notamment depuis qu’en avril, la Cnil a modifié les règles sur les cookies. C’est un service que l’on nous demande souvent. C’est donc une nouvelle business unit que nous allons lancer très prochainement autour de l’analyse de trafic et de l’attribution. Les recrutements sont d’ailleurs en cours. »

Parmi les trois activités déjà développées par JVWEB, le référencement payant, le référencement naturel et la publicité sur les réseaux sociaux (Facebook, TikTok, Snapchat, Linkedin, Twitter, etc.), c’est cette dernière activité qui connaît l’essor le plus important. « Beaucoup d’annonceurs en France ne font pas de social ads alors que le marché sur Google est saturé, détaille Jonathan Vidor. Or les gens passent de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux, en dehors de Facebook, ce qui constitue de nouveaux relais de croissance », conclut Jonathan Vidor.

Commentaires