Jean-Marie LecomteJean-Marie Lecomte, le guetteur d’instants

Jean-Marie Lecomte : « Pour moi l’édition est l’aboutissement logique de mon parcours de photographe ».

D’abord éducateur spécialisé, Jean-Marie Lecomte est ensuite devenu photographe indépendant et éditeur. Depuis plus de 30 ans, il met en lumière et magnifie ses Ardennes natales.

Après avoir vécu toute sa jeunesse dans les Crêtes Préardennaises, où ses parents, agriculteurs, possédaient une ferme à Bouvellemont, et terminé son cursus scolaire au lycée Masaryk de Vouziers, Jean-Marie Lecomte effectue ses débuts dans la vie active au sein de l’IME « Les Sylvains » à Pauvres. À 20 ans il devient alors pré-stagiaire éducateur.

« C’est là, en réhabilitant un vieux labo à l’intention des enfants que j’ai attrapé le virus de la photo qui ne me quittera plus par la suite ».

De 1978 à 1981, Jean-Marie suit une formation dans la Marne et obtient son diplôme d’éducateur spécialisé étrenné au centre de rééducation du Val-de-Murigny jusqu’en 1990.

FONDATEUR DU MAI DE LA PHOTO

Durant toutes ces années, il a la chance de pouvoir, parallèlement, s’adonner à sa passion pour la photo. Ce qui l’amène à fonder et présider en 1986 le « Mai de la photo » à Reims, un évènement artistique qui a fait venir dans la Marne de nombreux talents en devenir ou n’ayant pas encore exposé à Paris.

« Cette manifestation qui a duré jusqu’en 1998 m’a permis de rencontrer des confrères de différentes nationalités et d’affiner mes connaissances et mon regard sur cette activité », se remémore celui qui fut aussi l’inventeur du concept de la Biennale de photographie Urbi&Orbi à Sedan.

PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT

À son retour dans les Ardennes, dans les années 90, il devient photographe à part entière. Après s’être réinventé avec l’arrivée du numérique, il arpente les Ardennes en travaillant pour des architectes et éditeurs, en réalisant des reportages pour la centrale nucléaire de Chooz, avant son ouverture, et en préparant des expositions pour le centre départemental de l’enfance ou la Médiathèque Les Voyelles à Charleville-Mézières. Durant dix-sept ans, enfin, il œuvre aussi pour le Conseil général.

« J’ai toujours mené de front des boulots de commandes et un travail plus personnel. Et comme j’ai toujours estimé qu’un photographe devait employer son temps libre pour prendre des photos qui ne lui avaient pas encore été demandées, j’ai multiplié les rencontres, engrangé un maximum de documents sur les paysages, rituels et fêtes locales tout en tirant des portraits. Je me suis ainsi constitué une riche photothèque dont je me sers continuellement pour vendre le département des Ardennes, à travers de multiples clichés d’archives. C’est le principe de la banque d’images ».

LES « RENCONTRES DE LOUVERGNY »

Spécialiste du tirage noir et blanc, Jean-Marie Lecomte accompagnera aussi durant quelques années le photographe Gérard Rondeaux dans ses travaux pour les musées de France ou le journal « Le Monde ».

« Une année, je me suis même retrouvé avec lui au Festival de Cannes où j’avais monté un labo dans un appartement loué par le quotidien du soir pour y tirer et développer les photos de Gérard avant de les acheminer par le train ». Par le biais de la photo et des attaches nouées avec son collègue tchèque Jindrich Streit, l’Ardennais sera aussi à l’origine de la naissance, en 1994, des « Rencontres de Louvergny », un festival de musique à la campagne. Il fait venir en plein territoire rural une vingtaine de musiciens par an au sein d’un village de 70 âmes.

CRÉATION DES EDITIONS NOIRES TERRES

C’est ici qu’il crée, en 2002, sa propre maison d’éditions, « Noires Terres », avec l’objectif de faire de beaux livres régionaux et d’immortaliser la beauté des terres de Champagne-Ardenne, Lorraine, Franche-Comté et Belgique.

« Cette idée a tout de suite bien fonctionné. Après la publication d’« Ardennes terre de chasse » conçu avec Bernard Chopplet et qui concrétisait quatre années de travail photographique, je me suis vite aperçu que ça pouvait marcher. Avec une meilleure connaissance du terrain, une plus grande maîtrise des réseaux de distribution et de nombreuses recherches, nous sommes montés en puissance, passant du rythme d’un à deux ouvrages par an à huit à douze », revendique l’éditeur en région.

En l’espace de dix-huit ans, les Editions Noires Terres (200 000 euros de chiffre d’affaires) ont compilé à leur catalogue plus de 100 ouvrages à l’accroche fortement territo riale. « Toutes les photos que j’ai prises ont quasiment abouti à un livre qui a valorisé ce travail », souligne ce guetteur d’instants, désormais installé à Bouvellemont dans l’ancienne ferme de ses parents.

Riches de belles photographies et de textes très personnalisés d’écrivains et de journalistes, fins connaisseurs du terroir, les albums illustrés que ce maître-artisan des beaux livres fait paraître sont tous signés par de belles « plumes », travaillant en freelance.

Comme Bernard Chopplet, Frantz Bartelt, Yanny Hureaux, Michel Coistia, Guy Féquant, Gilles Grandpierre, Christophe Mahy, Yves Kreitzmeyer, Guillaume Levy, Guy Pleutin, Patrick Flashgo, Nathalie Diot et l’ancien secrétaire général de la Préfecture, Michel Bernard. Avec quelques-uns de ses complices, Jean-Marie Lecomte sera à la base du redémarrage, en 2017, de « L’Almanach des Ardennes », à l’arrêt depuis quatre ans. Ses coups de cœur vont à « Ardennes, terre de chasse », « Le guide de découverte des Ardennes » qui fut le plus grand succès populaire de la mai-son d’édition avec 10 000 exemplaires vendus), « Cent portraits d’Ardennais » et « Le grand livre des Ardennes ». « Tous les livres bâtis autour de ce département suscitent de l’intérêt, car les Ardennais ont un vrai engouement pour leur “pays” », conclut le seul salarié des Editions Noires Terres, heureux d’avoir gagné son pari.

Parcours

1954 Naissance le 22 juillet 1954 à Charleville.
1974 Rentre à l’IME « Les Sylvains » à Pauvres (Ardennes) comme pré-stagiaire éducateur.
1986 Crée le « Mai de la photo » à Reims avec une petite équipe.
1990 Devient photographe à part entière.
2002 Il revient à Louvergny (Ardennes) où il crée les Editions Noires Terres.
2017 Redémarrage de l’Almanach des Ardennes
Commentaires