InnovSpace, l’innovation au cœur de la formation

Leader mondial de l’enseignement supérieur pour l’ingénierie aérospatiale, l’ISAE-SUPAERO vient d’inaugurer l’InnovSpace, un projet visant à développer encore davantage l’innovation et l’entrepreneuriat au sein du campus.

Née en 2007 du regroupement de l’École nationale supérieure d’ingénieurs de constructions aéronautiques (Ensica) et de l’École nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace (Supaero), sous la tutelle du ministère de la Défense, l’ISAE- SUPAERO forme aujourd’hui 1 700 ingénieurs dans les domaines aéronautique et spatial, soit 700 diplômés par an. À l’entrée du campus, un nouvel espace de 800 m2 est ouvert à tous projets, en interne comme ceux venant de l’extérieur de l’établissement impliquant des étudiants, pour favoriser la culture de l’innovation et la recherche collaborative.

Plus de 200 000 €ont été investis dans l’achat de machines et l’aménagement de cette nouvelle cours de récréation innovante, financés grâce aux levées de fonds réalisées par la fondation ISAE- SUPAERO.

Ouvert en accès libre, l’InnovSpace vise à familiariser les étudiants volontaires avec des technologies de machines numériques, stimuler l’esprit maker, générer des envies de création et des rencontres.

Textes et photos par Lydie Lecarpentier


Au rez-de-chaussée, se situent un lab dédié à l’impression numérique 3D, l’atelier de découpe laser et vinyle, un lab mécanique, dédié au prototypage avec un atelier de travail du bois, un lab électronique doté d‘une machine numérique pour graver des circuits imprimés. 300 initiatives sont actuellement encadrées par des fab managers, enseignants-chercheurs et Dan Nguyen, chargé de mission innovation et entrepreneuriat, dans un cadre différent des cours magistraux.


À l’étage, un open space est dédié à l’hébergement de start-up et de projets étudiants plus complexes et nécessitant une plus longue durée d’accompagnement.

Ainsi, dans le cadre du projet I-Care, six étudiants ont développé et conçu un prototype 3D de bras robotisé récupérateur de petits débris spatiaux tels que des cubesats en perdition dans l’espace. Sélectionnée par le Cnes, l’équipe s’est préparée pendant neuf mois à mettre en application son projet pour un vol parabolique à bord du Air Zéro G de Novespace. Prévu le 8 octobre à Bordeaux, il a été réalisé avec succès.

Pour le développement de leur projet Diamant BP4 qui vise à reproduire et lancer une maquette de cette fusée française historique, des étudiants et membres de l’ISAE-SUPAERO ENSICA Alumni réalisent un exercice de simulation d’ouverture de parachute.
D’autres projets portés par des étudiants sont en cours d’accompagnement: Solarboost, un concept de vélo mobile tricycle avec moteur électrique alimenté par panneaux solaires et Green House on Mars, une serre hydroponique automatisée pour nourrir les futurs colons martiens.

Quatre start-up occupent également l’InnovSpace dont Dron’Aero, qui met au point un drone dédié au traitement phytosanitaire des vignes. Les autres start-up sont Hinfact, qui propose des solutions permettant de traiter les erreurs de monitoring des pilotes, Beyond Aerospace, qui travaille sur la réalisation d’un lanceur de nanosatellites, et enfin l’alumni Amaury Ciurana, diplômé 2020, qui travaille sur un projet d’exosquelette thérapeutique.


Dans leur cursus de formation, les étudiants travaillent sur un projet de recherche d’ingénierie qui va de la phase de conception, design, agencement, réalisation à l’optimisation. Dans cette salle d’ingénierie concourante spatiale, véritable bureau d’étude, sont ainsi menés des projets de créations de satellite, de lanceur ou de sous-système pour des besoins clients qui mènent au prototypage en réalité virtuelle ou physique, sous la houlette de Matthieu Compin, ingénieur de projet de nano-systèmes spatiaux et référent technique espace de l’ISAE-SUPAERO et directeur technique du Centre Spatial Universitaire de Toulouse.

Commentaires