Hydroélectricité: la Shem à la croisée des chemins

La Shem compte 56 usines et 12 grands barages dans le grand Sud-Ouest.

L’hydroélectricien poursuit son plan d’investissements en attendant qu’une décision soit (enfin) prise sur la question du renouvellement des concessions. Trois des vallées gérées par la Shem sont concernées sur neuf. Avec ses 56 usines et ses 12 grands barrages répartis sur la chaîne des Pyrénées, les rivières du Lot et de la Dordogne, la Société hydroélectrique du Midi (Shem), basée à Balma, est un producteur d’hydroélectricité majeur dans le grand Sud-Ouest, le troisième en France. La filiale d’Engie, qui emploie près de 315 collaborateurs, n’en est pas moins inquiète pour son avenir. L’entreprise, qui a produit l’an dernier 1,4 térawattheure (TWh) contre 1,8 TWh en 2018 et 1,2 TWh en 2017, est en effet fortement soumise aux aléas de la météo et le réchauffement climatique, qui fait varier le niveau des précipitations, accroît cette incertitude. « La Shem est à la fois productrice d’électricité