Groupama Nord-Est fait front dans le mauvais temps

Patricia Lavocat Gonzales, directrice générale et Laurent Poupart, président de Groupama Nord-Est.

Les résultats 2020 de la Caisse régionale Groupama Nord-Est témoignent de temps sanitaires et climatiques pour le moins troublés. Mais l’assureur a pleinement joué son rôle mutualiste et sociétal en accompagnant ses sociétaires.

Un ratio sinistres/cotisations dégradé de 10,2 points à 73,4 % et un ratio combiné de 98,6 % (soit + 1,8 point) montre bien que l’année 2020 a lourdement pesé sur les résultats de la Caisse régionale Groupama Nord-Est qui rayonne sur 6 départements (Nord, Pas-de-Calais, Aisne, Marne, Ardennes, Aube). Si Patricia Lavocat Gonzales, directrice générale, estime à 0,8 point le « poids » de la crise sanitaire sur le ratio combiné, elle note aussi une forte augmentation de la sinistralité climatique, chiffrée à 55 M€ pour les bâtiments et les récoltes (et avec notamment un ratio sinistres/cotisations récolte de 138 %), et relève l’augmentation de « sinistres graves » (plus de 500 000 €) ainsi que l’apparition de sinistres à… plusieurs millions d’euros ! En 2020, 321 M€ d’indemnisations sinistres (+ 17,1 %) ont été versés sur le territoire de la Caisse. Rien d’étonnant – surtout avec une diminution de 50 % de l’activité commerciale – à ce que le résultat social soit en baisse de 46,3 % par rapport à 2019, à 7,3 M€ – mais il s’agit là d’une tendance globale dans le domaine des mutuelles d’assurance.

La situation n’a pas empêché Groupama Nord-Est de se mobiliser pour soutenir des sociétaires : remise aux assurés auto (25 € par police, pour un total de 4 M€), à 4 000 professionnels et 300 entreprises (2,8 M€), à plus de 12 000 agriculteurs détenteurs d’un tracteur (deux mois gratuits de cotisation, pour 2,2 M€). S’y ajoutent 400 000 € de mesures solidaires (dons à l’Institut Pasteur, au Secours Populaire, associations caritatives, commerces…), et des contributions à la solidarité nationale (800 000 €) ainsi qu’au fonds pour les entreprises et à la taxe sur les complémentaires santé (4 M€)… Ce sont, au total, 14,2 M€ qui ont été consacrés à la solidarité en général.

APPEL À L’ACCOMPAGNEMENT DE L’ETAT

Et l’année 2021, tant sur le plan sanitaire que climatique, ne s’annonce pas non plus sous les meilleurs auspices. Laurent Poupart, président de Groupama Nord-Est, estime que « la dégradation de la sinistralité, telle que constatée depuis 5 ans, ne pourra pas être supportée par les seules assurances sans l’aide de l’Etat, tous les assureurs sont unanimes à ce sujet. » La profession a d’ailleurs fait des propositions en ce sens. En premier lieu, la création d’un pool de co-assurance (multi-risques climatiques + caisse centrale de réassurance) qui permettrait de maintenir le nécessaire équilibre économique du secteur. « Le modèle existe déjà depuis pas mal de temps en Espagne, et a fait ses preuves. » En second lieu, des subventions plus élevées (70 %) pour permettre aux agriculteurs de s’assurer et des franchises plus basses… Mais Laurent Poupart est formel : « Le système ne pourra pas durer sans accompagnement de l’Etat. »

Un employeur “au top”

Au début de l’année, Groupama Nord-Est (1 200 collaborateurs et 283 000 sociétaires, dont 2 100 administrateurs) a fait partie de 94 entreprises françaises qui se sont vu décerner la certification internationale Top Employer. Cette certification est une reconnaissance des bonnes pratiques RH dans le management des salariés, notamment en termes de qualité de vie et de politique d’amélioration continue.

Commentaires