Grand Est : peu d’investissements mais une dette élevée

(Droits réservés)

La dette permet d’investir. Certains observateurs la qualifient de « vertueuse ». C’est peut-être vrai pour l’Ile-de-France, région la plus endettée de la Métropole mais aussi celle qui investit le plus. C’est l’inverse pour le Grand Est : cinquième plus importante dette et dernier investisseur des treize régions métropolitaines, proportionnellement à ses dépenses. La dette publique de la France s’élève à 2 257,7 milliards d’euros (98,5% du PIB) en 2018. Dans cet ensemble, la dette des collectivités territoriales représente environ 180 Mds€ (8%), avec 118 Mds€ pour les communes, 34 Mds€ pour les départements et 27 Mds€ pour les régions. Dans les cinq dernières années, la dette de ces collectivités a augmenté de 10%, 2% pour les Départements et 32% pour les Régions. En dépassant les 2,3 milliards d’euros (0,1% de la dette publique nationale), l’endettement du Grand Est est l’un des plus