Fraudes et travail illégal : La Capeb s’en mêle

En 2018, 700 actions de contrôle ont été conduites dont 600 à titre préventif en Champagne-Ardenne. (Crédit : Urssaf)

Dans la guerre qui l’oppose au travail illégal et à la fraude au travail détaché, la Capeb Grand Est sort une arme qu’elle souhaite fatale : une application digitale de signalement. Alors que les 14 000 entreprises du BTP du Grand Est emploient plus de 85 000 salariés pour un chiffre d’affaires de 9,99 milliards d’euros annuel, le secteur d’activité se dit de plus en plus menacé par une concurrence sauvage : celle liée aux fraudes au détachement de salariés et au recours au travail illégal. Des pratiques qui mettent en péril la pérennité des entreprises locales, de l’emploi mais aussi du système social français. « La lutte contre cette concurrence sauvage qui s’affranchit ou détourne en toute impunité des règles que la France et l’Europe ont fixées est une priorité absolue pour la Capebet tout particulièrement sur le Grand Est. Nos entreprises sont favorables à la libre concurrence et à l’ouverture