Franck CosteFranck Coste prend de la bouteille

(Droits réservés)

Président-directeur général du Champagne Chanoine Frères depuis bientôt un an, il entend redonner toutes ses lettres de noblesse à une Maison presque tricentenaire et dévoile, ce 12 septembre, une communication ambitieuse pour y parvenir.

Franck Coste aura donc attendu près de 35 ans qu’une Maison de Champagne réponde favorablement au CV qu’il avait envoyé à sa sortie de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur (Paris). Las, ledit CV portait référence d’un stage effectué dans l’industrie charcutière, brouillant sans doute le profil et les aspirations de l’impétrant. Il entrera donc dans la carrière chez… Paul Prédault, pour développer le marché allemand. En 1990, il rejoint ce qui était encore la Seita, toujours à l’international (Europe, puis directeur Afrique/Moyen Orient).

Au sein de l’équipe fusion-acquisition, il participe ensuite à la création d’Altadis – qui succède à la Seita – et prend en 2001 la direction de l’activité cigare en Europe, pour le nouveau n°1 mondial du secteur qu’est devenu Altadis, avant d’être nommé directeur général d’Altadis Maroc… et que le groupe ne soit victime d’une OPA hostile en 2008. Fin d’une belle aventure.

Un cabinet parisien de recrutement lui propose d’aller voir du côté de Reims et du groupe coopératif agricole et agro-industriel Champagne Céréales. On lui demande alors de développer la partie agricole du groupe. Et, développer, Franck Coste sait faire ! Nommé directeur général adjoint en 2012, il pilote la fusion entre Champagne Céréales et Nouricia, qui donne naissance à Vivescia. Quelques années plus tard, le job est fait…

« SI J’APPRENDS, JE TRANSMETS »

C’est le moment, pour Franck Coste, de ressortir le carnet sur lequel, au cours de ses évolutions de carrière et des choix qu’elles ont entraînés, il a toujours noté ce qu’il aimait/ce qu’il n’aimait pas, ce qu’il voulait faire/ce qu’il ne voulait pas faire. Deux colonnes au fil desquelles il constate la cohérence de son parcours : « Depuis trois décennies, ça colle toujours ! ». Il y rajoute rapidement quelques lignes – simplement parce qu’au mitan de la cinquantaine on se connaît mieux, et qu’on va plus vite à l’essentiel… Et pour faire bonne mesure, il s’offre un petit 360 degrés feedback auprès de son entourage.

Le verdict est limpide : il lui est recommandé de s’orienter vers un produit avec des besoins de développement, son domaine de prédilection ; mais un produit porteur de « sens » ; de préférence dans une structure à taille humaine. Franck Coste : « J’aime ‘coacher’ les autres. J’ai été moniteur de ski alpin et de ski nautique, je continue à le faire en course à pied. Je m’intéresse aux individus, à leurs talents, parce que c’est une manière de s’enrichir les uns des autres. Si j’apprends, je transmets. En démultipliant ces comportements auprès des collaborateurs, on arrive à créer de la valeur, tant individuelle que collective. Faire un bout de chemin ensemble, c’est passionnant, et cela se réalise d’autant mieux en petit comité ». Franck Coste a toujours porté ces valeurs, qu’il articule autour de trois mots-clés : respect, confiance, performance. « Le respect de l’autre est un pré requis à la confiance qui elle-même anime la performance. Derrière ces mots, il y a des actes. Ça fait grandir tout le monde, et ça me résume assez bien… ».

Pour le résumer encore mieux, on ajoutera que Franck Coste est un épicurien, notamment amateur de grands vins qui garnissent sa cave personnelle, et qu’au cours de sa « période cigares » il a appris les techniques et le langage de la dégustation qui lui ont permis de travailler sur des assemblages de crus… dans le tabac ! Inclination porteuse de goût et de sens, représentant dès lors une évidence dans sa réflexion.

ON VIENT DE LOIN, ON VOIT LOIN, ON VA LOIN…

Mâtiné d’un peu de réseau, le hasard fait encore mieux les choses. Début 2018, par l’intermédiaire d’une connaissance commune, Franck Coste rencontre Philippe Baijot. Le président du Champagne Lanson et d’autres Maisons du groupe Lanson-BCC, se mettait alors en quête de successeurs potentiels. Un premier contact au cours duquel le courant passe bien entre les deux hommes. Quelques mois et quelques autres rendez-vous plus tard, Philippe Baijot lui propose de prendre la présidence de la Maison Chanoine Frères. « Ça ‘cochait’ toutes les cases de mon carnet ! »

Depuis le 1er octobre 2018, Franck Coste est donc à la tête d’une Maison presque tricentenaire, la deuxième plus ancienne de la Champagne. Avec une feuille de route tout à fait explicite : générer 50 % de croissance pour la Maison dans les 5 ans à venir, tout en continuant à faire évoluer son outil ultra-moderne de production.

Il compte notamment s’appuyer sur le développement du Champagne Tsarine (marque appartenant à Chanoine) à l’international. Mais, persuadé « qu’il n’y a pas de grande marque sans grande Maison », il puise toute l’ambition de son plan d’action 2023 dans l’histoire de Chanoine Frères. « À travers les cuvées Chanoine et Tsarine, nos clients achètent plus que nos marques : ils achètent l’histoire du Champagne. Fondée en 1730, Chanoine Frères s’inscrit aujourd’hui comme la plus contemporaine des ‘vieilles’ Maisons de Champagne. Elle doit être digne de cette histoire ». Ce 12 septembre*, dans la cour de Chanoine Frères, allée du Vignoble, à Reims, Franck Coste dévoilera, dans un mapping inédit, les contours et objectifs de cette communication qui reprend et modernise les codes du Champagne autour du triptyque « on vient de loin, on voit loin, on va loin »… Il présentera également, avec la chef de cave Isabelle Tellier, la nouvelle cuvée extra-brut de Tsarine, baptisée Orium, destinée au marché des cavistes, restaurants et cadeaux d’affaires.

LE PARADOXE DE LA VITESSE ET DE LA DURÉE

De son passé sportif, Franck Coste a retenu l’apprentissage du haut niveau (5 ans de compétition en ski alpin au pôle espoir national), « travail d’équipe, souci du détail, dépassement de soi, visualisation et planification… », qu’il a toujours mis en œuvre dans le cadre de ses responsabilités. Aujourd’hui vététiste freerider, plus que jamais adepte de ces sensations fortes qui font bondir le taux d’adrénaline, Franck Coste manie avec délice le paradoxe de la vitesse et de la durée. À ses yeux, « l’action implique toujours une certaine rapidité, c’est la façon de penser qui doit s’inscrire dans la durée ». Viatique d’une stratégie à long terme, c’est aussi une bonne approche de la personnalité du nouveau Pdg de Chanoine Frères.

* À l’occasion de cette manifestation, il sera rendu un hommage particulier à Philippe Fémel, directeur général de la Maison Chanoine Frères, décédé tragiquement le 5 septembre dernier à Reims à l’âge de 66 ans.

Parcours

3 mai 1964 Naissance à Paris.
1990 Entre à la Seita comme chef de marché export.
2006 Nommé DG Altadis Maroc.
2012 Directeur général adjoint de Champagne Céréales.
1er octobre 2018 Nommé Pdg de Chanoine Frères.
Commentaires