Gautier LekensEn toute diplomatie

Du 22 au 25 août, Gautier Lekens a fait partie des bénévoles du Cabaret Vert en tant que responsable des relations publiques.

Ambassadeur adjoint en Espagne depuis août 2017 après avoir été conseiller diplomatique dans trois ministères, le Carolo de 34 ans est aussi un pilier du Cabaret Vert où il fait office de responsable des relations publiques.

Il a grandi au Chatelet-sur-Sormonne où il était alors « un garçon actif, voire turbulent, jouant beaucoup au foot ou dans la nature et dormant très peu comme c’est d’ailleurs toujours le cas, aujourd’hui … mais obtenant déjà de bons résultats à l’école de Rimogne ». À l’âge de 9 ans, ses parents voulant se rapprocher de leurs lieux de travail respectifs (son père était comptable et conseiller auprès des agriculteurs et sa mère, secrétaire médicale à l’hôpital Belair), Gautier Lekens déménage à Warcq, à « La Bellevue-du-Nord ».

PASSIONNÉ PAR LA MUSIQUE

Il poursuit alors sa scolarité à Charleville-Mézières : école Jules Verne, collège La Fontaine et lycée Sévigné, tout en s’initiant à partir de 10 ans à la musique au conservatoire national. « Jusqu’à 2005, j’y ai appris le solfège et les percussions avant de faire du hautbois, de chanter dans une chorale et d’intégrer un orchestre et l’harmonie municipale. C’est à cette époque que je suis devenu plus musicien que sportif ». Après avoir réussi un bac littéraire, il met le cap sur Paris pour suivre une prépa littéraire, option musique. Puis, à l’issue d’une licence de musicologie et d’une maîtrise d’allemand, Gautier opte pour une entrée à Sciences Po Paris pour préparer les concours administratifs. « J’ai réussi en 2009 et je suis alors devenu diplomate l’année suivante en travaillant au Quai d’Orsay. Ma vocation pour ce métier m’est venue lorsque j’entamais mes études supérieures. Depuis tout petit, j’ai toujours eu un petit côté 14 juillet et patriote. Par la suite, je voulais travailler au service de la France. Mon grand-père, employé communal à Rimogne, et mes parents m’avaient, il est vrai, inculqué, très tôt, les valeurs républicaines. Et comme j’étais par ailleurs très ouvert sur le monde et intéressé par les affaires internationales, la diplomatie s’est très rapidement imposée à moi comme choix professionnel ». Germaniste, Gautier est alors affecté au bureau en charge de l’Allemagne. En lien avec l’ambassade à Berlin, il supervise de Paris ce qui se passait chez le principal partenaire européen de la France.
En avril 2012, l’Ardennais est promis en cas d’élection de François Hollande à la présidence de la République à entrer à 28 ans dans un cabinet ministériel. Il accepte et devient le conseiller diplomatique de Bernard Cazeneuve, à l’époque délégué aux Affaires Européennes.

« Je ne le connaissais pas à cette période mais on a très vite nourri des relations de confiance et même d’amitié. Ce qui nous a finalement conduit à travailler ensemble durant cinq ans ».

QUAI D’ORSAY, PLACE BEAUVAU ET MATIGNON

La mission suivante l’amène Place Beauvau, au ministère de l’Intérieur. Une fonction qui coïncidera avec les attentats de Charlie Hebdo, du Bataclan et de Nice mais aussi à la crise migratoire et celle du campement de Calais. Bernard Cazeneuve étant devenu Premier ministre en décembre 2016, Gautier Lekens le suit à Matignon pour y rester jusqu’à la fin du quinquennat. C’est alors le terme de cinq années exaltantes. « Autant de postes qui demandent beaucoup de disponibilité, de réactivité et de discrétion. J’aurai notamment été énormément marqué par les épreuves et les images terribles des attentats de Paris et Nice pour lesquels j’ai manœuvré pour la sécurité des Français, à travers l’organisation des policiers, des gendarmes, des pompiers et des Préfets. Mon passage au ministère de l’Intérieur, le ministère de crise, aura été extrêmement formateur car très opérationnel. J’y ai acquis une connaissance très fine du fonctionnement de l’Etat ».

À L’HEURE ESPAGNOLE

Revenu en mai 2017 dans son administration d’origine, il devient dès août ministre-conseiller de France en Espagne. « Un titre pompeux qui veut en fait dire que je suis devenu Ambassadeur adjoint à Madrid. Depuis deux ans, je seconde l’Ambassadeur de France. Et en son absence, je suis en charge de la chancellerie, prend la responsabilité administrative en signant les notes d’analyses faites sur l’Espagne pour le président de la République et son Premier ministre ».

Il coordonne aussi tous les services de l’ambassade et donne les instructions gouvernementales aux 215 employés français venus d’horizons divers : professeurs, militaires, policiers, gendarmes, diplomates, économistes…

« J’ai aussi sous ma tutelle toutes les questions de sécurité liées aux bâtiments de l’ambassade, à l’ensemble de la communauté française vivant en Espagne et aux touristes. C’est d’ailleurs ce qui m’a amené, dès la prise de mon poste, en août 2017, à gérer l’assistance aux vingt blessés français, victimes d’un attentat survenu à Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils, en Catalogne ».

L’ENVIE D’UN NOUVEAU DÉFI

L’été prochain, Gautier Lekens mettra un terme à cette étape diplomatique. « J’avais la possibilité de prolonger quatre années supplémentaires mais j’ai envie d’un nouveau défi. J’ai donc émis des vœux pour postuler au poste de Consul général de France, dans une grande ville aux Etats-Unis ou à Istanbul, l’ancienne capitale de l’empire ottoman, qui est un poste très important dans la diplomatie française. Tenté aussi par le changement dans d’autres passions, j’ai noué des contacts pour une reconversion à Paris dans un tout autre univers professionnel, objet d’une grande passion populaire et qui mobilise régulièrement les foules de tous les continents. On verra au moment opportun quel choix j’effectuerai ».

Durant ses ultimes vacances, Gautier a en tout cas rejoint l’équipe de Flap au Cabaret vert. « C’était ma quinzième édition. La première en tant que festivalier et les quatorze suivantes au village associatif, à la tête de la Gazette que j’ai fondée avec Arnaud Ferracin avant de la transmettre à une autre équipe. Et depuis quatre ans en tant que responsable des relations publiques. Une suite logique à mon métier. Je fais ainsi le tampon entre l’association organisatrice et les partenaires publics et privés ».

Un rôle qui demande du tact… et de la diplomatie !

Parcours

1984 Naissance, le 2 novembre à Charleville-Mézières.
2010 Accession au corps diplomatique comme premier lauréat au concours de Conseiller des affaires étrangères du Quai d'Orsay.
2012-2017 Conseiller diplomatique de Bernard Cazeneuve.
2019 Quinzième participation au Cabaret Vert, dans l'association Flap.
Commentaires