En Occitanie, la robotique, ce n’est pas automatique (et c’est bien dommage)

De gauche à droite, les trois vice-présidents de Robotics Place : Michel Taïx, chercheur au Laas, Fabrice Robert, responsable de l’innovation chez Sogeti High-Tech, Valérie Auffray, directrice de Tecnalia France, et le président du cluster, Laurent Latorse, également président d’Airod Technologies.

Mais grâce aux 90 membres du cluster Robotics Place, une industrie régionale du robot industriel ou de services pourrait bien finir par émerger dans les prochaines années. Même si l’on peut soupçonner les représentants du cluster Robotics Place de prêcher pour leur paroisse, ceux-ci l’assurent : « la robotique, associée à l’intelligence artificielle, est en train de bouleverser le marché du travail, et notre société. N’ayez pas peur, ne luttez pas : c’est un fait qui va tous nous balayer », ou du moins, tous les secteurs professionnels, affirmait ainsi le président du cluster Laurent Latorse, lors d’une conférence de presse organisée le 13 mars dans les locaux de l’hôtel de région.Mais rassurez-vous, « nous sommes là. Nous collaborons avec les labos et les universités, avec les start-up, les PME, pour préparer nos jeunes et vous former. Nous vous protégeons. Nous ajoutons de l’éthique, car nous sommes en