Estelle GrenetDu service cousu main

Estelle Grenet a ouvert la Servicerie Chavangeoise en septembre 2020.

Après avoir travaillé comme employée de ménage pendant une dizaine d’années, l’Auboise a créé dans le village de Chavanges la Servicerie Chavangeoise, un espace couture, cordonnerie et multiservice.

Estelle Grenet a toujours cultivé son goût pour la couture, les travaux manuels et les services à la personne. En créant il y a un peu plus d’un an la Servicerie Chavangeoise, elle a ainsi allié ses passions. Dans son atelier-magasin, situé dans le village aubois de Chavanges, elle propose aujourd’hui un service de couture et de cordonnerie. Un service de proximité essentiel à la qualité de vie en milieu rural. « Ma motivation est de proposer un service en ruralité, de pérenniser une activité dans le village, près duquel j’habite ». Cette belle initiative lui a d’ailleurs valu de se voir décerner le trophée Coup de cœur du concours Madame Artisanat 2021, organisé par la Chambre de métiers de l’Aube.

Avec en poche un BEP de secrétariat et de comptabilité, Estelle Grenet a commencé par passer son permis de conduire. Un sésame qui lui a rapidement ouvert les portes d’une vie active bien remplie, dès l’âge de dix-huit ans. Après avoir travaillé dans l’hôtellerie lors de jobs d’été, elle a opté pour des travaux de services à la personne. « J’ai fait des ménages à domicile pendant dix ans. J’avais jusqu’à neuf employeurs particuliers et deux magasins d’optique et de lunetterie. Travaillant en milieu rural, je faisais beaucoup de kilomètres lors de mes déplacements dans l’Aube et la Haute Marne », se souvient-elle.

PREMIÈRE CRÉATION D’ENTREPRISE

Pendant cette même période, en 2008, la jeune Auboise s’associe à deux autres personnes pour créer une SARL. « Nous proposions notamment des services de couture et retouches. Pour ma part, je m’occupais du repassage et du dépôt de vêtements d’occasion. J’étais aussi responsable de l’administratif et de la gestion de la société », fait elle valoir. Cette première expérience en tant que gérants ne durera cependant qu’un an pour des jeunes cofondateurs pas forcément sur la même longueur d’onde.

Il faudra attendre fin 2019, soit dix ans après ce premier pas dans l’entrepreneuriat, pour qu’Estelle Grenet entrevoit une nouvelle opportunité de se lancer à son compte. « Je faisais des ménages chez Corinne Couyras, la personne qui tenait la servicerie de Der, à Rigny, dans la Marne. Elle était en reconversion professionnelle (pour se lancer dans des cours de yoga). Comme je suis passionnée par la couture et les travaux manuels, j’ai commencé à lui poser des questions sur la cordonnerie. Cela lui a plu que je m’intéresse à ce savoir-faire artisanal, ce n’était pas si courant. C’est ainsi que de fil en aiguille, elle a commencé à me transmettre le métier », explique-t-elle.

C’est en 2020 qu’elle entame une formation de huit mois en cordonnerie. Une période d’apprentissage pendant laquelle elle continue de faire des ménages. « J’ai appris sur le tas tout ce qui concerne la manipulation des matières, l’utilisation des colles, les techniques pour presser, le ponçage, la couture cuir. Cela n’a rien à voir avec le tissu », insiste la cordonnière. En plus de réparer un talon, recoller une semelle, colmater un trou, rafraîchir la teinture d’un cuir, elle a appris ce qui touche à la réparation des boucles, des sacs à main en cuir, la mise en forme des chaussures, le changement des semelles.

CRÉATION DE LA SERVICERIE CHAVANGEOISE

Pour créer son entreprise de couture et cordonnerie à Chavanges, Estelle Grenet a racheté les machines et le matériel de l’ancienne gérante de la servicerie du Der. « Elle continue aujourd’hui à m’accompagner que ce soit en visioconférence ou en me rendant visite », apprécie la jeune chef d’entreprise. Après une première réunion à la Chambre de métiers et de l’Artisanat, cela lui a été facile de créer seule son entreprise via internet. En revanche, trouver le local à louer pour s’installer a été la démarche qui a longtemps mis son projet au point mort.

Elle a dû se tourner vers des particuliers et il a fallu ensuite aménager les lieux pour pouvoir accueillir du public dans de bonnes conditions. « Avec mon conjoint, nous avons tout refait pendant nos trois semaines de vacances, en août. Nous avons scindé le local en deux parties séparées par une vitre. De façon à isoler l’atelier de cordonnerie, pour que les clients ne soient pas gênés par le bruit des machines ou les odeurs de colle par exemple. Tout en leur permettant de me voir travailler ». Après avoir installé machines et matériel, elle a ouvert la Servicerie chavangeoise le 1er septembre 2020.

POINT RELAIS

Estelle Grenet a également mis en place un service de point relais colis. « Il n’y a rien à quinze kilomètres aux alentours. Cela permet en outre d’avoir plus de passage dans la boutique. C’est une occasion supplémentaire de converser et de faire découvrir les autres services que je propose », fait-elle valoir. En plus des travaux de couture et de cordonnerie, elle vend de la mercerie et des prestations de repassage au kilo. Ainsi qu’un service de plaques auto et de reproduction de clés. « Aujourd’hui, c’est plus souvent pour des travaux de couture que les gens viennent me voir. Et la clientèle est diversifiée et variée. Je vois par exemple arriver des hommes qui bégaient un peu au début quand ils parlent couture », sourit-elle, avant d’ajouter : « J’ai toujours travaillé dans le domaine des services à la personne. Mais, avant, quand je faisais des ménages, j’étais le plus souvent toute seule. Alors que maintenant, je vois du monde ».

Parcours

1989 Naissance à Vitry-le-François (Marne) le 19 juillet.
2006 BEP de secrétariat et de comptabilité.
2008-2009 Co-gérante d’une SARL de couture, retouches et dépôt de vêtements d’occasion.
2020 Formation en cordonnerie. Ouverture de la Servicerie Chavangeoise le 1er septembre.
Commentaires