Diagnostiquer vite et bien les vertiges : le CHU de Dijon fait appel à la hightech

(Droits réservés)

Face à la difficulté d’examen des patients vertigineux, le CHU Dijon Bourgogne s’est doté d’un simulateur en réalité virtuelle pour former les médecins à la prise en charge des vertiges. En France, une personne sur dix est concernée par les vertiges. Ce symptôme multiforme (on dénombre plus de 300 types de vertiges de toutes sortes) entraîne environ 300 000 consultations par semaine. Aujourd’hui, la difficulté majeure, pour un médecin qui se trouve face à un patient vertigineux, notamment aux urgences, est de savoir rapidement si on est face à une situation grave (AVC par exemple) ou si le vertige est complètement bénin. Dans ce contexte, l’outil standard c’est l’IRM mais celle-ci n’est pas forcément disponible et accessible. De récentes études ont, par ailleurs, démontré que quelques examens simples pouvaient permettre de conclure, de manière nettement supérieure à l’IRM, à la cause du symptôme de