Jérémie MarolleauDestin animé

Originaire de Velars-sur-Ouche, titulaire d’un master en biologie et d’un DEA de sophrologie, Jérémie Marolleau a créé, sous le pseudonyme de OhPonyBoy, « Melvin Est Magique » : un animé français original qui a su rencontrer son public. Ses personnages créés en autodidacte, sans tablette graphique à la souris, sont un mélange d’animation classique et marionettes numériques.

Cet ancien biologiste passionné du monde végétal a lâché plantules et tubes à essai pour embrasser la vie d’artiste, via la création et l’animation de licornes aussi colorées que déjantées. Sa web-série de trois épisodes pilotes a rencontré un succès phénoménal qui a vu cet autodidacte débloquer, en seulement trois heures, quelque 25.000 euros de financement participatif sur Ulule. Conséquence : ce qui sera sans doute le premier studio d’animation 2D de la région devrait voir le jour avant la fin de l’année.

Il en va des idées entrepreneuriales comme des boîtes de chocolats, aurait pu faire dire Robert Zemeckis à Tom Hanks et à son personnage cinématographique de Forrest Gump : on ne sait jamais à l’avance si elles seront excellentes ou bonnes à mettre à la poubelle ! Et c’est bien en osant se lancer que l’on peut valider la pertinence de toutes inspirations, les plus loufoques soient-elles. Et quand on parle d’initiatives ubuesques réussies, Jérémie Marolleau est ce que l’on pourrait appeler un cas d’école. Celui qui a pris pour pseudonyme OhPonyBoy sur les réseaux sociaux a créé de toute pièce un univers fait de licornes colorées magiques et plus ou moins névrosées, de fragments de pamplemousse du destin et de placards carnivores : un joyeux délire, plus profond qu’il n’y paraît de prime abord, prônant l’acceptation de soi et des autres et qui prend vie dans une web-série Youtube riche en musiques entraînantes, répondant au nom de « Melvin Est Magique ». Ce projet unique a fédéré tout une communauté de fans accros aux énigmes du scénario et au vomi arc-en-ciel au point de permettre à Jérémie Marolleau de récolter 25.000 euros de financement participatif sur Ulule en seulement trois heures. Une campagne de crowdfunding qui se termine le 3 juillet et qui, en date du 25 juin, a déjà rapporté 56.179 euros à notre atypique artiste dijonnais. De quoi poursuivre cette ébouriffante aventure dans les meilleures conditions en créant – ce qui sera sans doute – le premier studio d’animation 2D bourguignon. La naissance de ce lieu baptisé le « Studio Woutipoup» en référence à une onomatopée présente dans l’un des épisodes de la série, s’accompagnera de l’embauche de deux animateurs et d’un dessinateur background pour garantir une production de vidéos de qualité professionnelle. Profitons de la présence, trois lignes plus haut, du mot background pour s’offrir un retour en arrière dans la genèse du projet et dans le parcours de son auteur, qui a contrario de son héros Melvin n’a pas perdu la mémoire. Un fait heureux pour nous et pour cette page qui, en cas d’amnésie de notre interviewé, aurait risqué l’immaculée non-conception. Une blancheur absolue, Némésis de la première vie d’OhPonyBoy et élément déclencheur de son entrée dans la seconde. Le jeune Jérémie étudie au groupe scolaire privé Saint Joseph à Dijon où son père enseigne les sciences. Le lycée sera public « pour voir la vraie vie » et goûté un peu de liberté loin du regard bienveillant d’un géniteur enseignant. Pour la suite, la prévalence paternelle pour le rationnel et le méthodique, jugés plus pourvoyeur d’emploi, l’éloignera toutefois de son désir premier de noircir de sa prose une kyrielle de feuilles blanches sur les bancs d’une faculté de littérature. Et si Racine ne serait être son maître a penser, c’est par l’étude des plantes qu’il entre en Sciences. Pendant ses années universitaires, il fait déjà des infidélités à la paillasse des labos, préférant l’ambiance feutrée de la bibliothèque où il peut assouvir sa soif d’ouverture « Les livres étaient partout renforçant mon envie de découvrir d’autres choses. J’ai ainsi étudié la philosophie, la littérature ou encore la musique », se souvient Jérémie Marolleau. Bientôt le monochrome de son univers aseptisé commence à l’oppresser. « J’ai fait ce constat à la fois déprimant et angoissant que mes choix de carrière me destinaient à un monde son couleur où le blanc régnait en maître. De la blouse à la paillasse en passant par les tubes à essai, il était omniprésent, envahissant». Pour s’échapper et arrêter de broyer du noir, il prendre un ordinateur portable et s’initie au dessin d’animation posant les premières briques d’un univers coloré aussi irrationnel et fantastique que son travail lui paraît raisonnable et cartésien. Quant à la licorne bleue Melvin, aux joues magiques mais défaillantes, et ses équins compagnons tout aussi cornus que tordus, Jérémie attribue leur naissance à la présence d’un château d’eau imprimant durablement sa rétine sur le trajet quotidien le menant à son stage auprès de ce qui ne s’appelait pas encore l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE). « Cette grande tour avait quelque chose de fascinante… Je me suis pris au jeu d’imaginer quel genre de personnage pouvait vivre dans un tel lieu. J’ai alors pensé aux licornes : qu’y avait-il de plus décalés, de plus ridicules que ces être irrationnels par nature ?». Maintenant que Jérémie Marolleau avait en tête ses licornes roses et bleues, comme Peyo avant lui avec ses petites créatures bleues logeant dans des champignons, restait à les faire connaître au monde. Quelques croquis plus tard et une première version animée mise sur le net au retour plus qu’encourageant, Jérémie Marolleau est enfin près pour son coming out. C’est en 2015, que le tout jeune diplômé d’un master en biologie, annonce à ses pères sa double vie et son vœu de tourner le dos aux lénifiantes questions de l’effet d’un stress hydrique en début et fin de cycle de vie chez le pois, pour renaître en tant qu’OhPonyBoy : producteur de web-séries chatoyantes et pittoresques. « Au début, l’idée était de faire simple, mais très vite tout est devenu exponentiellement compliqué, au point qu’aujourd’hui je cumule 19 métiers artistiques différents : dessin, scénario, bruitage, voix des personnages, acting, background, mixage, animation, musiques (thèmes des personnages et une centrale par épisode), conférencier… je réalise tout moi-même, jusqu’à mon studio à Longvic dont les murs sont habillés d’un système d’anti réverbération du son fait maison. Pendant deux ans, j’ai vécu une vraie explosion de créativité : j’ai écrit plus de 400 pages de scénario, imaginé une langue, “l’Alphabet Des Étoiles” et un temps qui s’écoule de manière particulière, dressé une carte du monde dans lequel évoluent mes personnages, construit un “lore” riche est complexe, c’est-à-dire tout un ensemble de détails non essentiel au scénario mais qui permet de faire vivre et d’enrichir l’univers de la fiction ».

ET LE DESSIN LUI SOURIT

Cette effervescence qui ne compte pas ses nuits blanches, enfante trois épisodes pilotes mettant en scène les licornes : Melvin, Rémi rock star antisociale et l’aérien Docteur Flocon. L’adhésion des internautes sur YouTube est aussi immédiate que phénoménale : « Accumulant plus de 200.000 vues depuis la sortie, les épisodes pilotes ont fédéré toute une communauté autour de mon univers qui sous ses airs stupides se révèle intelligent lorsque l’on creuse un peu, notamment par les énigmes qu’il développe et que les fans tentent de décrypter. En un an, j’ai reçu plus d’1,5 million de messages et autres fanarts ». Le phénomène est tel que Jérémie Marolleau comprend qu’il ne va pas pouvoir continuer seul. Un producteur le contacte alors, l’aide à se poser et à construire une “bible” un document résumant la série, puis c’est le voyage à Paris à la rencontre d’un diffuseur. La chaîne de télévision intéressée par l’ovni animé lui propose la production d’une série d’ici à cinq ans dont l’animation serait confiée à une équipe de stagiaire et réalisée à l’étranger. Le deal est à mille lieux de ses convictions et de sa philosophie personnelle. Il refuse et pendant un temps voit ses rêves s’effriter comme Peau de chagrin. Mais le rebond, n’est pas loin : « Je me suis dit :“et si je créais une boîte, cela ne serait pas si délirant ! ”. » Jérémie opte alors pour le financement participatif : on connaît maintenant la suite… L’avenir : fort de son studio dijonnais Woutipoup, son équipe et lui-même devraient sortir début 2021, une série d’une dizaine d’épisodes de 15 minutes, disponibles gratuitement sur YouTube ainsi que des épisodes “mini”. « La création d’un studio d’animation étant une expérience unique, je veux la partager au travers de deux mini- séries de vidéos. L’une présentant la vie dans un studio d’animation et l’autre répondant à des questions artistiques : Qu’est-ce que l’animation 2D ? Comment on devient artiste ? De quelle façon on fabrique un univers ? ». Le jeune créateur prévoit également une traduction de son œuvre en anglais et japonais, ainsi que la fabrication de divers goodies dont des peluches de 33 centimètres réalisées dans un établissement approuvé Disney FAMA. Le même studio qui crée notamment les peluches pour Stars Wars. Enfin, côté voix, une actrice et chanteuse lyrique de haut niveau devrait rejoindre le projet.

Si vous voulez vous aussi soutenir OhPonyBoy rendez-vous sur : ulule.com/melvin-est-magique

Parcours

1991 Naissance, le 8 août à Dijon.
2015 Reçoit son master en biologie et annonce son souhait de quitter la science pour embrasser les métiers artistiques de producteur, auteur, compositeur, réalisateur et conférencier.
2019 Sortie des trois épisodes pilotes de « Melvin Est Magique ».
Commentaires