Des repas comme à la maison

Gilmara Gabriel. Cette Toulousaine développe un concept de repas en bocaux, bio et éco-responsables à destination des entreprises et des télétravailleurs.

Pourquoi les repas sains, « faits maison » ne pourraient-ils pas détrôner l’incontournable sandwich pris sur le pouce à la pause déjeuner ? C’est au détour d’un séjour dans son pays natal en 2017, que le déclic opère pour Gilmara Gabriel, brésilienne d’origine, installée en France depuis 10 ans, sensible à la diététique, au bien manger et aux valeurs écologiques. « Alors que ma sœur vendait des salades dans des pots en plastique, j’ai eu l’idée de proposer des salades composées et des plats préparés avec des produits locaux, dans des bocaux en verre consignés, un concept encore peu répandu sur le marché, il y a quatre ans. L’écoresponsabilité est un enjeu qui me tient à cœur », explique l’entrepreneuse de 38 ans, déjà initiée aux rouages du commerce par ses parents, et diplômée d’un BTS management des unités commerciales. « C’est à la suite d’un stage au sein de l’enseigne Biocoop que j’ai nourri ma fibre éco-responsable et appréhendé l’univers du bio ».

Née en 2019, la marque Bocal en Boucle vise à apporter « du bon » au sein des entreprises, avec un objectif zéro déchet via un système original. « Nous proposons aux entreprises d’installer un frigo connecté, qui est réapprovisionné chaque semaine, avec cinq recettes différentes et une rotation de trois plats différents d’une semaine à l’autre. Un plat coûte entre 4,50 € et 7,50 €, détaille-t-elle. Nous avons également un système de récupération des bocaux vides, qui sont ensuite nettoyés dans notre laboratoire afin d’être réutilisés. Mon objectif est de mettre en place un système vertueux et pratique. » Tandis que six frigos intelligents sont déjà en place, la jeune pousse espère séduire une quarantaine d’entreprises d’ici six mois.

En marge, avec l’émergence du télétravail, Bocal en Boucle envisage d’étendre son offre et de permettre ainsi aux salariés de commander des plateaux repas complets pour 20 €. « Le nombre de salariés en télétravail atteint actuellement près de 70 %. C’est une manière pour eux de bien manger sans perdre de temps. Le principe est simple, les collaborateurs passeront commande directement auprès de notre service ou de leur entreprise. » Optant pour une démarche zéro carbone, l’entreprise envisage de proposer dans les prochaines semaines des livraisons à domicile par vélo électrique via le transporteur écolo Appli-Colis. En parallèle, la marque distribuée dans une dizaine de magasins spécialisés en région, entend renforcer, cette année, son maillage sur l’ensemble de l’Hexagone. « Cependant, le B to B reste notre cible », affirme la fondatrice.

Installée depuis fin décembre au cœur du MIN, aux côtés de 272 producteurs locaux, avec une diversité de produits à portée de main, la jeune pousse certifiée par le label Écocert, dispose d’un laboratoire de production de 168 m2. « Pour l’heure, notre chef cuisinier, qui a fait ses classes dans de bonnes tables parisiennes, a élaboré une soixantaine de recettes. »

Forte de quatre collaborateurs, l’entreprise s’engage également pour la réinsertion sociale et envisage d’étoffer son équipe avec trois personnes supplémentaires d’ici la fin de l’année. Bocal en Boucle, qui a reçu une subvention de la Région à hauteur de 120 K€, table sur 1 M€ de CA en 2021.

Commentaires