Pandémie : le secteur médico-social inquiet

L'ASEI, association qui accueille plus de 10 000 personnes en situation de handicap ou fragiles chaque année, vient de cosigner avec d’autres associations, l’Agapei, l’Anras, l’Arseaa et Reso, une lettre ouverte adressée aux députés et sénateurs de la région Occitanie, ainsi qu'aux présidents de conseils départementaux. Son objectif ? Alerter sur « la situation dramatique qui se profile » dans leurs établissements « si la puissance publique ne considère pas mieux le secteur social et médico-social. » Les signataires pointent « une opposition artificielle entre les hôpitaux, les centres de soins et les lieux de vie d’enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, personnes en situation de handicap ». Or depuis le début de confinement, « les accompagnants dans les Ehpad, les MAS, les MECS, les IME, les ITEP... sont déconsidérés », affirment-ils. Cette situation inédite