« Dans l’automobile, l’activité ne pourra pas redémarrer sans un coup de starter »

Comme tout le volet commercial, le service automobile souffre. Ce début de déconfinement est reçu avec une extrême prudence par le président du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), Francis Bartholomé. RésoHebdoÉco. Qu'attendait-on de l'année 2020 pour vos professions? Francis Bartholomé. Nous nous préparions à une année un peu compliquée, malgré une relative stabilité. Les évolutions côté véhicules neufs, avec de nouvelles normes environnementales, faisaient planer quelques incertitudes sur les entreprises, mais sans inquiétude particulière. Une année-charnière en termes technologiques, pour une clientèle un peu déstabilisée. Le constat, au milieu du gué et de la crise sanitaire ? Il faut distinguer l'industrie et les services. Il faut d'abord noter que les deux secteurs essaient aujourd'hui de collaborer au mieux, en intelligence, pour qu'un plan de relance cohérent puisse être efficient. À quoi servirait de produire