Covid-19 : La Microville 112 réoriente ses propositions

La Microville 112 devrait enfin voir le jour à la fin du premier trimestre 2021.

La crise du Covid-19 n’en finit pas d’avoir un impact sur l’économie. Si les dépôts de bilan semblent pour l’instant jugulés par les PGE et autres fonds de solidarité, le développement et l’investissement sont eux à l’arrêt dans de nombreux secteurs. Et la Microville 112 n’est pas épargnée. C’est pourquoi, ses porteurs de projets réfléchissent à d’autres orientations.

Nous l’avons évoqué à plusieurs reprises dans nos pages (PAMB 7745 ; 7836), la Microville 112 est un beau projet social et solidaire, qui sans la signature des actes notariés cédant les terres de l’État à la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Alliance & Économie ne relève que de l’utopie, au sens sociopolitique du terme, visant un fonctionnement social et économique idéal. « Écosystème » est ainsi le maître mot de ce projet, né il y a déjà cinq années dans l’esprit fourmillant d’idées d’Éric Nowak, co-fondateur et médiateur de la SCIC porteuse du projet. Cette future « ville » qui se veut « co-gérée, écologique, inclusive et solidaire » repose sur un certains nombres de programmes, qu’ils soient immobiliers, associatifs ou commerciaux. Homme d’action, Éric Nowak multiplie les contacts depuis plusieurs années, « vendant » un projet global, qui se nourrit des compétences des uns et des autres. Ici, une résidence intergénérationnelle, là un centre de formation ou encore un tiers-lieu. 

Oui mais voilà, si les terres appartenant à l’armée et ayant abritées jusqu’en 2011 la base aérienne 112 n’ont toujours pas été cédées, « des opérations de diagnostic amiante étant toujours en cours », le Covid-19 est aussi passé par là, mettant un coup d’arrêt à plusieurs futures implantations d’entreprises. « Les projets les plus lourdement impactés sont ceux qui avaient une activité avec le grand public », indique Éric Nowak. « Ils ne viennent pas sur la Microville car ils veulent déjà pérenniser leur structure, pour certain, en difficulté. » Salle de sport, espace de loisirs, restauration… Tous ces projets tombent à l’eau. 

HÉBERGEMENT D’URGENCE D’ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ 

Loin de se laisser abattre, Éric Nowak, essaie toujours d’avoir un coup d’avance et de saisir les opportunités quand elles se profilent. C’est pourquoi, dès le mois de mars 2020, il a envoyé une lettre au Président de la Région, Jean Rottner afin de faire de la Microville 112, un lieu d’accueil des malades convalescents du Covid ou de mise en quarantaine. « On a 700 chambres disponibles qui peuvent être utiles, plutôt que de créer des hôpitaux de campagne sur des parkings », observe-t-il. 

Un des premiers partenaires de la Microville 112 est la Chambre des Métiers de la Marne, qui dès le début s’est montrée intéressée pour mutualiser des plateaux techniques d’entreprises et ainsi, créer un véritable centre de formation où les moyens seraient mis en commun. 

Dans le contexte sanitaire, Éric Nowak et ses équipes ont alors fait la proposition d’instaurer un hébergement d’urgence d’entreprises en difficulté pour une durée de 24 mois. 

« Il s’agit de proposer l’hébergement aux entreprises en difficulté pour le montant des charges. Cela équivaut donc à une économie de loyer durant deux ans. Le choix des entreprises serait motivé par leur engagement compatible avec le nôtre et la poursuite de leur activité par la suite sur le site, avec toujours en trame de fond, cette volonté de créer un écosystème, une synergie entre les différents acteurs de la Microville. » 

Sur la cinquantaine d’entreprises contactées par la Chambre des Métiers de la Marne, une trentaine s’est prononcée favorable pour un éventuel déménagement. Éventuel, car ce n’est pas avant « la fin du premier semestre 2021 » que le site passera enfin dans les mains de la SCIC. Éric Nowak promet « une étude pour l’installation des réseaux électriques et informatiques au deuxième semestre 2021 et donc une entrée des entreprises dans leurs nouveaux locaux pour l’automne de cette année »

En attendant, les visites d’entreprises et d’investisseurs immobiliers se poursuivent. « Le statut de SCIC oblige à réinvestir au minimum 58,5 % des profits de la société dans l’entreprise elle-même, ce qui est le moteur même de notre futur fonctionnement puisque le système doit en quelque sorte s’auto-alimenter. » 

Le co-fondateur d’Alliance & Économie insiste par ailleurs sur le fait que les entreprises qui s’implanteront dans la Microville resteront tout à fait maîtresses de leur « business », la Microville n’agissant que comme « un super-syndic ». En outre, la Microville 112 se verrait bien, à terme, comme le lieu d’accueil privilégié des trois Chambres consulaires (Commerce, Métiers, Agriculture) avec la création d’un grand centre de formation continue qui mettrait en commun les ateliers, plateaux techniques et compétences des uns et des autres. « L’objectif reste une complémentarité des activités et des intérêts, dans un cadre verdoyant. » 

LA MICROVILLE 112, CANDIDATE AU CONCOURS DE LA FABRIQUE AVIVA

La Fabrique Aviva lancée par la compagnie d’assurance éponyme, en 2016, tient cette année sa cinquième édition lors de laquelle 1 million d’euros seront versés aux entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire. Pour cette cinquième édition, plus de 1 100 projets ont été déposés. 750 ont été retenus dont celui de la Microville 112. 

Dès à présent et jusqu’au 9 février 2021, le grand public est invité à voter en créant un compte sur la plateforme et en distribuant son ou ses votes au(x) projet(s) qu’il souhaite soutenir. Le nombre de voix recueillies par chaque projet comptera pour 40 % de sa note finale. Les 60 % restant seront déterminés lors de l’étape suivante, le passage devant des jurys régionaux composés d’experts et de partenaires de La Fabrique Aviva. Leur note comptera pour déterminer les 3 grands gagnants de chaque région. Ce sont ainsi 15 projets au total qui remporteront chacun 60 000 €. Le meilleur projet de chaque région se présentera devant un jury final réuni à Paris. Celui-ci élira son projet coup de cœur, qui remportera 100 000 € supplémentaires.

Commentaires