Clinavenir se fait une place au cœur du parcours patient

Clinique rive gauche

De gauche à droite : Gérard Reysseguier, directeur de la clinique Rive Gauche, Paul Gémar, directeur de la clinique Monié et président de Clinavenir, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole et Brigitte Micouleau, adjointe au maire en charge des personnes âgées et sénatrice de Haute-Garonne, le 6 janvier à Toulouse.

Face aux mastodontes du secteur, Clinavenir, qui rassemble neuf établissements de santé privés d’Occitanie, veut peser à l’échelle du territoire. À l’occasion d’une rencontre avec des élus métropolitains, l’alliance a dévoilé sa nouvelle feuille de route pour 2020. Face à la concentration à marche forcée du secteur hospitalier privé français, dominé par trois groupes fortement capitalisés, Ramsay, Elsan et Vivalto, qui cumulent à eux trois près de la moitié du millier d’hôpitaux et cliniques privés que compte l’Hexagone, à Toulouse, un petit groupe de cliniques indépendantes fait de la résistance et tente de faire entendre sa voix. Depuis 2012, Clinavenir regroupe, en effet, neuf établissements de santé privés d’Occitanie aux compétences complémentaires : les cliniques Pasteur, Rive Gauche, Médipôle Garonne, Saint-Exupéry, Gascogne, Aufréry, Monié, Minimes et Château de Vernhes. Lesquelles pèsent