Champagne Robert Faivre : le « savoir-faivre »

S’il est actuellement tendance, dans le vignoble, de vendre son raisin plutôt que de le vinifier, à Belval-sous-Chatillon, David Faivre prend le parti inverse : il quitte la coopération pour produire son propre champagne. Une démarche aussi raisonnée que sa viticulture. Et qui mérite d’être saluée. L’heure de la quarantaine est souvent celle des remises en cause. Question de maturité, sans doute. Comme le bon raisin. Ce raisin que David Faivre - 40 ans ! - a décidé de vinifier lui-même parce qu’il trouvait que certains coopérateurs ne jouaient pas le jeu de la qualité, et que le champagne qui lui revenait ne correspondait pas à celui qu’il souhaitait faire. Alors autant le faire lui-même ! Projet d’envergure, au demeurant, surtout lorsque... l’on n’est pas vinificateur ! Mais projet que David a mûrement réfléchi, avec le soutien de son épouse, Jessica. VIRAGE ENVIRONNEMENTAL Savoir ce qu’il voulait