Nathalie DoucetChampagne et image de marque

Nathalie Doucet.

Elle connaît sur le bout des doigts le monde du marketing et de la communication du champagne. Atout essentiel pour affirmer l’image de marque de la Maison Besserat de Bellefon, sise à Epernay, dont la présidence vient de lui être confiée.

Si l’on demande à Nathalie Doucet quel est son principal trait de caractère, elle répond instantanément « la joie de vivre ». On y verra une heureuse prédisposition pour œuvrer dans un secteur d’activité qui s’inscrit avec détermination dans le sens de la fête et des célébrations. Il est cependant un autre trait de caractère qu’il faut mettre en exergue chez elle, sans doute indispensable lorsque l’on entend assumer d’importantes responsabilités professionnelles : la pugnacité.

« Quels que soient les obstacles et les difficultés que l’on puisse rencontrer, il faut continuer d’avancer. » Voilà comment, en quelques lignes, on peut brosser le portrait de la nouvelle présidente de la Maison de champagne Besserat de Bellefon. Admettons toutefois que c’est un peu court, et poursuivons.

LE MARKETING…

Née à Reims en 1967 alors que son père – le futur général de brigade aérienne Paul Bellorgey – était jeune capitaine à la BA 112, Nathalie Doucet connaîtra l’existence itinérante des enfants de militaires, au gré des affectations paternelles. On ne cherchera pas plus loin les capacités d’adaptation dont elle fait preuve en toute circonstance. Ayant conservé des attaches locales, c’est à l’occasion d’un rassemblement familial qu’elle rencontre son futur époux. Elle revient s’installer dans la Marne en 1989.

Après des études de marketing et de communication qui la conduisent en premier lieu chez Nicolas Feuillatte, elle met à profit ses fonctions d’attachée commerciale en charge de la publicité, de la promotion des ventes et des relations publiques, pour passer un doctorat de marketing. Nathalie Doucet a toujours su que c’était sa voie : « Très tôt, vers 12-13 ans peut- être, j’ai exprimé la volonté de m’orienter vers cette discipline. Dès mon plus jeune âge, j’ai développé un esprit critique aiguisé, voyant très vite ‘ce qui n’allait pas’ ici ou là. Si l’on y ajoute l’analyse et la synthèse, on dispose des codes majeurs du marketing, dont lafinalité guide la stratégie de toute entreprise. »

Elle quitte bientôt le champagne – sans savoir encore que ce sera pour mieux y revenir – pour l’industrie et la voilà chez Tecnoma (leader mondial de la pulvérisation agricole), puis chez Loppin & Jean (matériaux, fournitures industrielles et produits sidérurgiques), toujours dans le marketing. « Il s’agissait pour moi de me frotter au milieu industriel dans l’intention de rejoindre mon mari qui avait repris l’entreprise familiale, Doucet Industries, à Montmirail. » Les choses ne se sont pas concrétisées, mais Nathalie Doucet a fait son miel de cette double expérience. « J’y ai acquis la vision globale du fonctionnement d’un outil de production – les enjeux, les contraintes – et des hommes qui l’animent. Dans l’industrie, on a plus qu’ailleurs les pieds sur terre, au plus près de la valeur du travail, de la rigueur et de la précision. » Et l’on a compris que, question rigueur et précision, Nathalie Doucet s’était trouvée à bonne école. D’ailleurs, un conseil : si elle vous accorde rendez-vous, soyez à l’heure, elle sera déjà là !

…ET LA COMMUNICATION !

En 2002, elle rejoint la Maison de champagne Gosset, dont elle deviendra directeur marketing et communication, s’occupant, par la même occasion de la synergie de groupe (Renaud-Cointreau), du cognac Frapin.

Nathalie Doucet a toujours nourri de l’ambition – dans une acception bien comprise du terme – et l’envie de diriger une entreprise. Elle n’a cessé de se former en conséquence, notamment auprès de l’Institut Français des Administrateurs (IFA), dont elle est aujourd’hui membre. Jusqu’à ce que des chasseurs de tête frappent à sa porte. « J’ai eu plusieurs propositions, qui n’étaient pas toutes dans le champagne. » Mais se voir offrir la présidence de Besserat de Bellefon (entité du groupe Lanson-BCC) méritait à tout le moins réflexion. « C’est un beau challenge pour une belle Maison. J’ai commencé par acheter et déguster toutes les cuvées avant de donner ma réponse. Je n’imaginais pas porter une Maison dont je n’apprécierais pas les vins. » L’exercice lui fait identifier une « pépite » que polit depuis quelques années le chef de caves, Cédric Thiébault. La mission que souhaite lui confier le groupe Lanson-BCC consiste notamment à affirmer la personnalité de la Maison et de ses champagnes, et à en assurer une meilleure visibilité auprès du grand public. En pleine crise sanitaire de la Covid-19, et au cœur de la crise économique qui en découle, Nathalie Doucet relève le défi, persuadée par ailleurs que sa féminité ne saurait constituer un effet de mode ni oblitérer la compétence professionnelle que requiert la fonction, et sur laquelle, seule, elle entend être jugée. Elle est nommée présidente de Besserat de Bellefon le 15 septembre dernier. « Signer dans ces conditions, cela paraît un peu risqué, mais c’est un choix mûrement réfléchi. Il s’agit d’engager une nouvelle politique de communication, fondée sur les qualités particulières de nos vins et de bulles 30 % plus fines que des champagnes classiques qui leur confèrent une légèreté exceptionnelle. Nos spécificités doivent nous démarquer. 2021 sera une année de transition avec la mise en œuvre de nouveaux outils de communication à même de mieux nous positionner auprès du public cible. » La communication – et le marketing – Nathalie Doucet connaît « un peu ».

A peine arrivée, elle a dû affronter le deuxième confinement, qui n’a pas davantage fait l’affaire de Besserat de Bellefon que de la Champagne en général. Quoi qu’il en soit, elle reste fidèle à ses valeurs (déjà exprimées plus haut, pour le lecteur distrait) et continue d’avancer.

« Madame le présidente » (elle déteste, bien sûr !) est vive, souriante, drôle (« pétillante » écrirait- on si l’on ne craignait le convenu de l’adjectif ).

Qu’on ne s’y trompe cependant pas : derrière une empathie naturelle (gant de velours), elle montre un caractère affirmé (main de fer) pour atteindre ses objectifs. Chez Besserat de Bellefon, Nathalie Doucet est à pied-d’œuvre.

Parcours

18 avril 1967 Naissance à Reims.
1992 Doctorat de marketing (Institut Européen des Affaires – Paris).
Janvier 2002 Intègre la Maison de champagne Gosset.
15 septembre 2020 Présidente de la Maison de champagne Besserat de Bellefon.
Commentaires