Centres de vaccination : CP’ Event propose ses compétences

En 24 heures, CP’Event a pris connaissance des demandes des collectivités et installé les box d’accueil et de vaccination.

Alors que son activité est quasiment à l’arrêt depuis mars 2020, Claude Poplimont gérant de la société CP’Event a proposé ses services pour le montage des centres de vaccination. Les communes de Cernay-lès-Reims et de Fismes ont fait appel à lui.

«C’est une proposition totalement spontannée », indique Claude Poplimont, gérant de la société évènementielle CP’Event, spécialisée dans le montage de structures et dont l’activité est en berne depuis le mois de mars 2020. « Sur 2020, nous avons perdu plus de 80% de notre chiffre d’affaires avec une trentaine d’événements annulés ou reportés », glisse-t-il. 

Alors pour « continuer de travailler et d’être utile », celui qui dirige la société familiale s’est proposé pour assurer la logistique de montage des cabines de vaccination pour les collectivités. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que Claude Poplimont est à l’origine de ce genre d’initiative. « Déjà lors de la vaccination pour la grippe H1N1, nous avions monté des box de vaccination, à Gueux notamment. Cela remonte maintenant à près de dix ans », se remémore-t-il. 

« Le but est d’agir de manière citoyenne en mettant en avant nos compétences pour faire avancer les choses. Nous, métiers de l’évènementiel, savons travailler dans des délais très courts, installer du matériel, mettre en place des circuits électriques. Nous avons mis en ligne la vidéo de proposition de nos services lundi 11 janvier, le mercredi nous avions les communes de Cernay-lès-Reims et Fismes qui nous appelaient, le jeudi on déterminait avec eux leurs besoins et le vendredi nous avons monté les cloisons. » 

CENTRE MONTÉ EN 24 HEURES 

Patrick Bedek, le maire de Cernay-lès-Reims explique ainsi : « CP’Event est venu le jeudi matin pour la configuration de la salle, 24 heures plus tard l’installation est faite, en terme de réactivité, on ne peut pas faire mieux. » Les deux centres de vaccination ont donc été montés en un temps record. Lundi 18, ils étaient prêts pour le début des injections pour les plus de 75 ans. Et heureusement, car une fois que la ville de Cernay a été désignée par la préfecture comme centre de vaccination, elle a dû s’organiser seule pour toute la logistique. « J’ai convoqué un conseil municipal en urgence pour pouvoir embaucher une personne à l’accueil du centre vaccinal. C’est elle qui reçoit les gens et leur fournit le questionnaire à remplir. D’ailleurs, heureusement que le Grand Reims est arrivé en soutien pour nous fournir ordinateurs et imprimantes », observe le maire de Cernay. « C’est aussi le Grand Reims qui prend en charge la facture de la prestation de CP’Event, car nous sommes une petite commune de 1 400 habitants avec un budget qui ne nous permet pas d’absorber d’un seul coup des coûts supplémentaires. Le salaire de la personne embauchée est versé avec nos dotations. » 

Si l’organisation s’est faite dans l’urgence, en revanche les compétences de chacun permettent un fonctionnement optimal. « Tout est calibré. Nous avons fait en sorte que le centre de vaccination soit opérationnel 7j/7. Mais juste avant qu’il soit ouvert, la préfecture nous a averti que ce serait 5j/7 puis avec le manque de doses, il ne fonctionne finalement que 3j/7. On ne peut pas aller à la cadence prévue », regrette Patrick Bedek. 

Pour l’instant, CP’Event ne montera pas d’autres structures, les autres centres de vaccinations étant pris en charge par les collectivités ou le CHU. Néanmoins, Claude Poplimont l’assure : « On reste disponible pour d’autres événements. » 

D’ailleurs, ce coup de projecteur aura permis à l’entreprise de se rappeler au bon souvenir de ses clients qui, depuis cette initiative reprennent un peu plus contact. « On essaie de se projeter dans l’année qui vient. Avec les informations que l’on a, on imagine retravailler en mai /juin, de manière optimiste, en se disant que des événements comme la fête de la musique ou le 14 juillet marqueront le renouveau de la saison. Surtout, on pense à la Foire de Châlons. Si elle ne se tient pas de nouveau cette année, ça deviendra très très compliqué », confie Claude Poplimont. 

L’UNIMEV SE MOBILISE

L’Union Française des Métiers de l’Événement représentant un des secteurs les plus touchés par la crise du Covid-19, par la voix de son président, Olivier Roux, par ailleurs co-fondateur et vice-président de GL’ Events a interpellé le Premier Ministre Jean Castex pour proposer que les acteurs de l’événementiel, sites d’accueil et professionnels, soient autorisés à rouvrir et à retravailler pour accompagner l’État dans le cadre de l’accélération de la campagne vaccinale. 

« À l’occasion des dernières annonces gouvernementales concernant l’accélération de la campagne vaccinale, nous vous proposons d’autoriser la réouverture des centres de congrès et parcs d’expositions répartis sur l’ensemble du territoire national pour y installer des centres de vaccination de toutes tailles et très rapidement opérationnels. (…) L’UMINEV représente de professionnels de l’événementiel habitués à travailler avec les professionnels de santé, les élus locaux, les forces de l’ordre, l’armée, les grandes entreprises et administrations. Certains acteurs de notre filière sont déjà prêts à être opérationnels pour la mise en place de tels dispositifs », souligne Olivier Roux. 

Le secteur de l’événementiel a par ailleurs été identifié spécifiquement par le Gouvernement pour afin d’adapter son soutien financier. Ainsi le fonds de solidarité est prolongé tant que nécessaire, les exonérations de charges patronales sont poursuivies pour le mois de janvier 2021, tout comme l’activité partielle sans reste à charge jusqu’à juin pour les entreprises perdant 80 % de leur chiffre d’affaires ainsi qu’en complément du fonds de solidarité, la mise en place d’un dispositif de prise en charge de 70 % des charges fixes pour les entreprises qui réalisent au moins 1 million de CA par mois. 

Commentaires