Centrakor met le cap sur l’étranger

Centrakor

De gauche à droite : Philippe Scozzi et Nathalie Grand-Cĺement, directeurs généraux, et Olivier Rondolotto, PDG de Centrakor.

L’enseigne, qui compte aujourd’hui 415 magasins, souhaite s’étendre à l’international et planche sur un nouveau concept pour continuer d’attirer la clientèle. Si aujourd'hui le discount alimentaire n’a plus la cote auprès des consommateurs, la déco à bas prix en revanche a gagné des parts de marché. Et sur ce segment très disputé, la marque Centrakor, spécialisée dans l’équipement de la maison, a essaimé à la vitesse grand V. Son activité a plus que doublé depuis la création à Toulouse de l’enseigne en 2007, passant de 180 à 415 magasins en 13 ans (dont 30 ouvertures l’an passé). Le groupe, qui a généré en 2019, 850 M€ de chiffre d’affaires (+ 3 % d’évolution à périmètre constant) et compte 5 000 salariés, met désormais le cap sur la Belgique. L’histoire débute en 1990, lorsqu’un ancien salarié de Leclerc décide d’ouvrir des solderies à Toulouse et convainc ses