Cant’Avey’Lot boit du petit lait

(Droits réservés)

30 fermes regroupées en coopérative pour produire et distribuer leur lait elles-mêmes, en misant sur la qualité : une superbe réussite pour Cant’Avey’Lot.

Ils ont décidé de prendre leur destin en main. Confrontés à la crise du lait de 2009, 30 producteurs du Cantal, de l’Aveyron et du Lot ont fait le pari audacieux de s’unir pour collecter et distribuer eux-mêmes leur lait. Avec une idée simple : renouer le contact avec les consommateurs et leur redonner le vrai goût du lait. Tout a démarré en 2010, sans capital, sans contrat, mais avec beaucoup d’énergie, de passion et l’envie commune de proposer des produits de qualité en respectant les animaux, le terroir et l’environnement. Et, bien sûr, avec l’espoir d’en vivre mieux. Une très belle aventure humaine et une réussite économique. Aujourd’hui, la coopérative produit 10 millions de litres de lait par an, mais aussi du fromage et des yaourts, distribués sous la marque « Les 30 fermes de Cant’Avey’Lot », pour moitié dans le Grand Sud-Ouest et en région parisienne.

« Tout est parti d’une feuille blanche, rappelle Laurent Courbou, responsable du site Cant’Avey’Lot », à Bagnac-sur-Célé. Ces fermes approvisionnaient le GIE Sud Lait de Montauban, jusqu’au retrait d’un gros acheteur espagnol. Pour nos 30 éleveurs, pas question de rester les bras croisés : en quelques jours une association est créée, et la collecte démarre avec un camion prêté, le lait est vendu en vrac ».

LA QUALITÉ, ÇA PAYE

En 2012, une SAS est montée et un prestataire est trouvé pour l’embouteillage et la production de briques. Les enseignes locales de la grande distribution accueillent plutôt bien la coopérative qui valorise la totalité de la production. « Il fallait se démarquer et affirmer notre démarche basée sur le bien-être des animaux, un lait tracé, naturel et riche en oméga 3, affirme Laurent Courbou. Une philosophie défendue par le label Bleu blanc cœur, qui garantit une agriculture responsable ».

En 2015, la coopérative est créée, nos 30 mousquetaires investissent 1,5 M€ avec l’aide des collectivités, de la Région, de France Agrimer et le soutien des banques. Le pari est réussi, les revenus s’améliorent et la diversification est en marche : tome fraîche avec une coopérative partenaire, aligot et yaourts. La progression est constante : en 2015 le CA atteint 5,8 M€, il grimpe à 7,2 M€ en 2017. Cette année- là, 640 000 € sont encore investis pour créer une unité de fabrication de yaourts, avec le concours de la Région, de l’Union européenne et du Grand Figeac. La coopérative emploie aujourd’hui neuf personnes. Fière du travail accompli, la Cant’Avey’Lot peut désormais voir plus loin. « En 2018, on a pu acheter aux producteurs les 1 000 litres de lait pour 441,36 €, c’est bien plus que la moyenne ».

Un succès qui passe par le lien direct avec les consommateurs, notamment avec des animations assurées par les agriculteurs eux-mêmes dans les supermarchés. « Ça n’a pas toujours été facile, on nous a pris pour des fous, mais on a prouvé qu’on peut valoriser notre travail en offrant de la qualité à prix accessibles. Et on a des projets plein la tête ». Mais pour ces aventuriers des champs, pas question de mettre la charrue avant les bœufs.

Commentaires