Calmer les uns en coupant les ailes des autres

Arguments écologiques ou gages donnés aux gilets jaunes : les représentants des travaux publics, du bâtiment, du transport routier et du patronat en général estiment que l’on est reparti dans un cycle fiscal un peu fou qui peut briser l’élan de secteurs économiques en plein redémarrage.

Au-delà de la question du Gasoil non routier (GNR), les organisations professionnelles régionales qui expriment leur mécontentement ont surtout le sentiment qu’on tente de briser le redémarrage de l’activité par une vision gouvernementale à court terme. La fiscalité des entreprises cristallise aujourd’hui le mécontentement au sein de différentes organisations professionnelles. Si la question de la fiscalité applicable au Gasoil non routier (GNR) est l’élément déclencheur sur lequel la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) se bat depuis des mois, on sentait bien, le 16 septembre, à l’occasion de la conférence de presse à laquelle participaient également le Medef BFC, la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), la Fédération française du bâtiment (FFB), la CPME et la Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb), que le problème est plus large.C’est une politique fiscale