David LamareBesoin de découvertes

David Lamare.

Directeur de l’agence de développement touristique des Ardennes mais aussi de l’office de tourisme de Charleville-Mézières/Sedan en Ardenne, David Lamare a déjà obtenu de probants résultats.

Fils d’une enseignante et d’un ingénieur, David Lamare a passé sa jeunesse en Ille-et-Vilaine à Saint-Gilles entre Rennes et Saint-Brieuc. Il pratique alors le football, le tennis et le tennis de table au sein des clubs de son village. 

« Mon enfance, c’est aussi le souvenir de vacances d’été passées avec mes parents au bord de la mer dans les Côtes d’Armor, en baie de Saint-Brieuc. Une station littorale où j’aimais m’entretenir avec les touristes afin de perfectionner les langues étrangères apprises au collège. La dimension internationale m’intéressait déjà. D’ailleurs, à l’époque, j’étais aussi allé en voyage scolaire à Florence en Toscane où j’ai tissé des liens avec ma famille d’accueil que j’entretiens encore, aujourd’hui »

De 1991 à 1994, il passe un bac littéraire option langues et une licence de langues étrangères appliquées à Rennes, une maîtrise de sciences et techniques de gestion hôtelière à Chambéry (Savoie) et Cardiff (Pays de Galles) et enfin un DESS en aménagement et gestion des équipements touristiques à Bordeaux. Quatre années au cours desquelles il multiplie les expériences sur le tas. 

UNE EXPÉRIENCE INTERNATIONALE 

Attiré par l’hôtellerie-restauration et se débrouillant très bien en anglais, David Lamare s’était déjà rendu aux Etats-Unis en 1989 pour effectuer une saison touristique dans le Connecticut. Dans un « Resort », il s’adonnera à la plonge, au service en salle et à la maintenance d’un grand parc doté de divers équipements dont une piscine et un espace pour le base-ball. 

« J’ai vécu là-bas une expérience fabuleuse en parlant anglais tous les jours avec les Américains de la côte Est et les étudiants étrangers venus d’Europe, du Canada et d’Amérique du Sud. Je profitais aussi de mes « day off » pour visiter Boston, New York et le Vermont. Ce qui m’a incité par la suite à reconduire ces séjours à l’étranger ». 

L’année suivante, il met le cap sur l’Angleterre dans un hôtel restaurant indépendant du nord de Londres. En 1993, il passe une partie de son cursus universitaire à Cardiff aux Pays de Galles dans le cadre d’un programme Erasmus. S’ensuit la découverte d’un hôtel « cinq étoiles » au concept Food and Beverage dans le quartier de Chelsea. 

Entre-temps, David Lamare a aussi l’opportunité, en 1992, de vivre de l’intérieur les Jeux Olympiques d’Albertville. « Étant trilingue, j’accueillais des délégations étrangères de l’entreprise Merlin Gérin en accompagnant ses représentants sur différents sites de la Tarentaise. Cette expérience fut pour moi un tournant qui orienta mon parcours universitaire et professionnel ». 

ENTRÉE DANS LA VIE ACTIVE À NEW YORK 

En 1993, David Lamare entre dans la vie active. Il débute à New-York, à la Maison de la France où il intègre une cellule spécialement créée pour promouvoir les stations de sports d’hiver savoyardes auprès des tours-opérators et agences de voyage du nord-est américain qui souhaitaient rebondir sur les JO d’Albertville pour inciter leurs ressortissantes à découvrir les Alpes. 

De retour en France, en 1994, et pressé de reprendre contact avec le terrain, il se rapproche de l’univers des institutionnels du tourisme et devient chargé de promotion à l’office de tourisme de Saint-Jean-de-Monts ( Vendée). « J’y accompagnais le directeur de la station en réalisant des études visant à promouvoir et améliorer les équipements touristiques »

Mais David Lamare a la bougeotte. Un an plus tard, il intègre le comité départemental du tourisme de l’Anjou. « Pour assurer la montée en gamme de l’offre et la professionnalisation des acteurs via une démarche qualité et des programmes de formation. Nous accompagnions aussi de nombreux porteurs de projets, ce qui donna lieu à la création d’hôtels, d’équipements haut de gamme, de restaurants étoilés et d’hébergements insolites comme les toues cabanés sur la Loire. Tout en nous appuyant sur la dynamique du Val de Loire et de nombreux dispositifs financiers pour prolonger l’itinéraire de la Loire à Vélo »

Après avoir été promu en 2005 adjoint de direction en Anjou, il encadra deux pôles développement et commercialisation, assura le pilotage de dossiers structurants et la définition d’un Dispositif d’Alliances du Tourisme, salué par Atout France comme une démarche territoriale innovante dans la recherche d’investisseurs. 

ARRIVÉE DANS LES ARDENNES EN 2016 

En 2016, commence son expérience ardennaise où il assume à partir de 2018 la double casquette de directeur de l’agence de développement touristique et de l’office communautaire. « Plusieurs choses m’ont attirées ici : la situation au cœur de l’Europe, le potentiel touristique, patrimonial et architectural du territoire, le double challenge visant à accompagner la mutation du comité départemental en agence de développement et le développement du nouvel office communautaire de Charleville-Sedan en Ardenne ». Sa stratégie initiale vise à augmenter les capacités d’accueil en recherchant des investisseurs, opérateurs, porteurs de projets en gîtes, meublés, chambres d’hôtes, loisirs de plein air et hôtellerie-restauration. 

S’appuyant sur le succès de la voie verte Trans’Ardennes et les futurs aménagements le long du canal des Ardennes ainsi que sur la dynamique du Pacte Ardennes, David Lamare espère concrétiser au cours des prochains mois des projets d’hébergements structurants d’un montant global estimé à 20 millions d’euros. 

Fort de l’émergence de la Maison du Tourisme et de l’explosion des nuitées en Ardennes (de 653 000 en 2014 à 980 000 en 2019), ce qui a permis de dégager un chiffre d’affaires direct de 38,3 millions d’euros et 75 millions d’euros de retombées économiques, le « Monsieur tourisme» des Ardennes veut surfer sur ce mouvement prometteur, symbolisé par le classement en catégorie 1 de l’office de tourisme communautaire. 

Les pistes visées sont le développement du fluvial, des aires de camping-car, du cyclotourisme, de la randonnée pédestre et de l’hôtellerie de plein air. Mais aussi l’amélioration de services comme les animations et visites guidées et la conception et la vente de séjours groupes qui avaient généré 200 000 euros de chiffre d’affaires fin 2019 avant la crise sanitaire. 

Pour cela, David Lamare peut compter sur des campagnes de communication menées avec Atout France et le Conseil départemental à travers l’action « Évadez vous dans les Ardennes » tout en s’appuyant sur la marque Ardenne transfrontalière et ses 800 ambassadeurs.

Parcours

1968 Naissance le 27 décembre à Poitiers (Vienne).
1993 Chargé de promotion à la Maison de la France à New-York.
1995 Chargé de développement puis adjoint de direction au comité départemental de tourisme de l’Anjou.
2006 Directeur de l’agence de développement touristique des Ardennes tout en étant prestataire de services pour l’office de tourisme de Charleville-Sedan.
2018 Directeur général de l’office de tourisme de Charleville / Sedan.
Commentaires