Bans des vendanges et réchauffement climatique

L’effet du réchauffement climatique sur la vigne se traduit notamment par des bans de vendanges de plus en plus précoces.

Une longue série de données phénologiques en Europe prouve l’impact du changement climatique sur les vignobles. Une nouvelle étude portant sur 664 années de bans de vendanges (date d’autorisation administrative de départ de la récolte du raisin) à Beaune dévoile jusqu’à quel point le changement climatique affecte les vignobles. Selon ce rapport - qui constitue la série continue la plus longue de données phénologiques (*) en Europe - les années chaudes et sèches sont devenues la règle après 1988. Depuis l’été de 2003, huit des 16 dernières périodes de printemps-été sont classées comme « extrêmement chaudes » dont cinq sur les huit dernières années. D’ailleurs, la température entre avril et juin a atteint un niveau maximum l’année dernière. « Ce qui est très bien dans cette étude c’est que ça rend l’impact du réchauffement climatique très clairement visible sur une seule série, explique Thomas