Avec ses exosquelettes, HMT veut améliorer nos conditions de travail

Les équipes d’Enedis sont désormais équipées d’exosquelettes développés par HMT à Tarbes.

La start-up qui conçoit, fabrique et commercialise des exosquelettes, va déployer sa solution au profit des équipes d’Enedis de la région.

E n plus d’enfiler casques, gants, lunettes, chaussures et vêtements de protection, les équipes d’Enedis Midi-Pyrénées, qui interviennent sur les lignes électriques, sont dotées désormais d’un exosquelette. Ce nouvel équipement permet de soulager l’effort physique des techniciens qui évoluent en hauteur et manient de longues perches et ainsi de diminuer les douleurs au niveau du dos et des épaules. Le modèle d’exosquelette dont sont parés les techniciens d’Enedis s’appelle Plum et pèse 2,1 kg. Il a été développé « pour soulager les postures contraignantes dues au travail de bras en hauteur » par une PME tarbaise, Human Mechanical Technologies (HMT) qui élabore des solutions en vue de prévenir le risque d’apparition des troubles musculo-squelettiques (TMS).

Ceux-ci représentent en effet 87 % des maladies professionnelles en France. Selon l’Assurance-Maladie, en 2017, leur coût direct pour les entreprises s’est élevé à près de 2 Mds€ à travers leurs cotisations accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP). Pour les salariés, près de la moitié des TMS entraînent des séquelles lourdes avec des risques de désinsertion professionnelle.

C’est donc un véritable enjeu de santé publique qu’adresse HMT, cofondée en 2017 par Kévin Régi, ingénieur tout juste diplômé de l’École nationale d’ingénieurs de Tarbes (Enit). Après une année de recherche et développement, la start-up a très vite présenté ses solutions à des industriels, et séduit Enedis, devenue un de ses premiers clients. Deux ans plus tard, après avoir adapté sa technologie au métier d’Enedis, la solution est en cours de déploiement dans quatre directions du gestionnaire du réseau d’électricité dans le grand Sud-Ouest, soit une vingtaine d’exosquelettes qui seront en service dès l’automne. Leur coût est de l’ordre de 5 000 €.

L’entreprise tarbaise, qui a développé un second modèle, dénommé Light, dédié, lui, au port de charges légères jusqu’à 15 kg, a désormais des clients partout en France, dans des domaines très divers : l’industrie pharmaceutique, l’aéronautique, l’énergie et d’autres secteurs d’activité, comme les Poteries d’Albi, preuve que les PME aussi regardent avec intérêt le développement de ces solutions qui permettent de réduire la pénibilité de certaines tâches.

Cette phase de déploiement est essentielle, selon Kévin Régi, car après avoir adapté la solution aux différentes situations de travail et aux différentes morphologies, il faut asseoir son acceptabilité auprès des équipes. Or, explique-t-il, « nous avons développé un processus d’intégration afin de garantir que nos solutions sont adaptables et si nécessaire, nous pouvons en développer de nouvelles. Et ça, nous sommes les seuls au monde à le faire. » Des solutions qui seront de plus en plus légères et fabriquées en interne, à Tarbes dans de nouveaux locaux dans lesquels HMT vient d’emménager. L’entreprise, qui a également dans ses cartons, des projets de développement à l’étranger, a triplé le nombre de ses clients en un an.

Commentaires