Audace et innovation, le cocktail gagnant de la famille Rafflin

Benjamin, Noémie et leur père Denis Rafflin viennent de lancer une nouvelle gamme baptisée La Griff by S. Rafflin.

Nouvelles cuvées, nouvelle identité visuelle et montée en gamme, la maison de champagne Serge Rafflin, basée à Ludes, dans la Montagne de Reims, casse les codes et propose des recettes de cocktails. Un pari osé, à suivre de très près !

Réaliser un cocktail à base de champagne ? Inimaginable penseront les puristes. Au champagne Serge Rafflin, à Ludes, l’idée a pourtant fait son chemin. Mieux, la famille lance pour cette fin d’année quatre recettes de cocktails à réaliser avec du champagne. Avec son champagne, de préférence. La petite maison de la montagne de Reims ne s’est évidemment pas lancée dans ce projet sans une réflexion préalable et tout a été étudié en amont. Denis, le père, et ses deux enfants, Noémie et Benjamin, ont depuis quelques années anticipé plusieurs scénarii pour diversifier les modes de consommation de leur champagne. « Notre clientèle est essentiellement composée de particuliers sur le marché français », rappelle Denis Rafflin. « Nous avons aussi une bonne implantation au Luxembourg et en Belgique », précise le descendant d’une longue lignée de vignerons. Les premières traces d’existence de cette vénérable institution familiale remontent à 1740. « La marque Serge Rafflin a été créée après la seconde Guerre mondiale par mon père ». Au fil du temps, l’exploitation familiale s’est agrandie et compte aujourd’hui 8 hectares répartis entre la montagne de Reims (Ludes, Chigny-les-Roses et Rilly-la-Montagne) et la Vallée de l’Ardre. Vente à la propriété, commercialisation en direct, organisation de dégustations… la famille Rafflin s’appuyait jusqu’alors sur des méthodes classiques pour atteindre sa clientèle, assurant elle-même les livraisons.

CERTIFICATIONS HVE VDC

À la tête de l’exploitation familiale depuis 1981, Denis Rafflin a profité de cette phase de transmission du flambeau à Noémie et Benjamin pour tester de nouvelles idées. Désormais tous trois associés gérants, ils ont donc créé une nouvelle gamme pour étoffer leur catalogue. « Nous voulions proposer une gamme spécifique Premier Cru en plus de nos cuvées traditionnelles », précise Benjamin. Fruit de ces longues réflexions, la gamme, baptisée La Griff by S. Rafflin, dévoile ses premiers flacons cette année. Six cuvées estampillées HVE (Haute Valeur Environnementale) qui viennent aussi récompenser le travail réalisé ces dernières décennies au sein de l’exploitation. « Nous travaillons le sol depuis une vingtaine d’années. Nous avions donc déjà la pratique, mais avec l’arrivée des enfants sur l’exploitation nous avons monté le dossier de certification HVE. Depuis deux ans maintenant l’exploitation est certifiée HVEVDC (Viticulture Durable en Champagne) », rappelle Denis Rafflin.

NOUVELLE GRIFFE

La nouvelle signature, qui va désigner le haut de gamme de la maison, peut donc s’enorgueillir, outre la certification, de bénéficier d’un vieillissement supplémentaire et d’un dosage millimétré. Trois cuvées sont déjà commercialisées et trois autres sont encore en cave, vieillissant patiemment jusqu’à ce que les Rafflin soient satisfaits de leur maturité. Nouvelle gamme, nouveau logo, nouvel habillage et nouveau mode de consommation aussi, puisque les viticulteurs de Ludes ont fait appel à un mixologue pour élaborer toute une gamme de cocktails à partir de La Griff.

« Nous avons fait appel à la société auboise Dealexport pour nous accompagner dans notre démarche de développement auprès des revendeurs et d’une clientèle professionnelle. Nous avons opté ensemble pour la création de cocktails avec Chris Messinanou, un mixologue renommé, basé en Thaïlande », précisent Noémie et Benjamin. « L’idée était de créer une nouvelle manière de consommer le champagne, plus moderne, sans toutefois dénaturer le produit ». De la même manière que les lieux de vente du champagne ont évolué au fil du temps (avec l’avènement de la grande distribution notamment), les Rafflin font le pari de modes de consommation à réinventer et de nouveaux consommateurs également. Avec un objectif avoué : s’attaquer à la fois au marché suisse et à la clientèle des bars à cocktails. Une prise de risque assumée pour casser les codes et bousculer les certitudes champenoises… mais Denis Rafflin et ses enfants se sentent d’autant plus confortés dans leur démarche que la crise sanitaire met à mal les petits producteurs très concentrés sur le marché français.

CASSER LES CODES ET LES TABOUS

Mixologue français établi à Phuket et à Bangkok (Thaïlande) où il a ouvert son Académie, Chris Messinanou a accepté avec enthousiasme le challenge proposé par la famille Rafflin. « Nous avons beaucoup réfléchi et échangé sur le sujet. Les Italiens se sont depuis longtemps et avec succès engouffrés sur le marché du cocktail avec le Prosecco. Il fallait faire quelque chose de différent, un cocktail dans lequel on devait toujours sentir le champagne, sa fraîcheur et ses bulles », explique le mixologue qui exerce toujours en tant que consultant, depuis une vingtaine d’années pour de grands groupes et Maisons tels que Club Méditerranée, Barrière, Accor, Moët & Chandon, Krug… Après avoir sélectionné les champagnes et les verres, Chris Messinanou a multiplié les essais en suivant une ligne directrice bien déterminée : « Nous avons éliminé les produits trop forts et les jus trop dominants. Nous sommes aussi partis sur une base de 5 à 6 cl de mix pour 10 cl de champagne pour préserver le goût du champagne ».

Pour le mixologue, le champagne peut se prêter à merveille à ces nouvelles consommations et le marché mondial est prêt à les accueillir : « Il y a un vrai travail à faire au niveau du champagne pour se positionner sur de nouveaux marchés. Ici en Asie, même si ça évolue, peu de gens font encore la différence entre un mousseux, un Prosecco et un champagne. Il faut faire comprendre que les boissons sont différentes et les cocktails peuvent être une manière d’approcher cette nouvelle clientèle. Et si les Champenois veulent conquérir ces nouveaux marchés, il faut qu’ils acceptent de sortir du côté très classique qui colle au champagne aujourd’hui. Il y a un nouveau mode de consommation à créer… », souligne-t-il en illustrant son propos par l’éclatant succès du Cognac en Chine, où il est souvent consommé dans les discothèques, mélangé à d’autres boissons, comme le thé glacé par exemple. « Si l’objectif est de gagner des parts de marché il faut savoir réfléchir différemment », prévient celui qui exerce, forme et conseille dans les plus grands établissements aux quatre coins du Globe. Un message partagé avec les Rafflin qui comptent bien jouer les défricheurs, au départ de Ludes.

Mixologue renommé, Chris Messinanou a déjà élaboré quatre cocktails inédits à base de champagne.

Commentaires