Armelle DuvalAu bonheur des familles

Armelle Duval

Armelle Duval, dans son camion aménagé avec chauffage et cabine d’essayage.

Après un parcours riche d’expériences, elle vient d’ouvrir une boutique itinérante de dépôt-vente d’articles de puériculture et d’objets d’artisans créateurs.

Après une vie parisienne agitée, la Troyenne d’origine a choisi il y a six ans de revenir dans le département qui l’a vue grandir. La vie qu’elle mène à la campagne depuis quelques années l’a décidée à ouvrir sa boutique itinérante de dépôt-vente d’articles de puériculture et d’objets d’artisans créateurs. Avec son camion aux couleurs de « Bergamote », Armelle Duval sillonne aujourd’hui les

routes auboises pour se rendre chaque jour dans une des vingt communes rurales situées dans un rayon de 50 kilomètres autour de Saint-Phal, où elle habite.

Son parcours a commencé à Nice, où elle est partie suivre ses études. Avec en poche un DESS médiation et ingénierie culturelle, spécialité musées et patrimoine (Diplôme d’études supérieures spécialisées, soit un Master à l’heure actuelle), Armelle Duval a commencé sa carrière professionnelle à l’ICOM, le conseil international des musées. « Je travaillais en relation avec Interpol pour enquêter au sujet des objets volés dans les musées dans les pays africains », explique-t-elle. Puis elle sera responsable d’un service culturel de la commune d’Arnouville-lès-Gonesse, dans le Val d’Oise. Avant de travailler au conservatoire de la commune des Lilas, en Seine-Saint-Denis.

Mais, gênée par les contradictions liées au fait d’avoir affaire à deux hiérarchies, une administrative et l’autre politique, elle décide de retourner sur les bancs de l’école. « J’ai repris des études de documentaliste d’entreprise, à Dijon », relate-t-elle. Son DUT de documentaliste en poche, elle est embauchée en 2001 au centre de documentation du journal Le Monde. Elle y restera deux ans, avant de faire de la veille média pour l’Argus de la presse. « J’ai ensuite travaillé chez Renault pour faire de la veille juridique pour le service réglementation et homologation », se souvient Armelle Duval.

Son premier enfant, Bérénice, naît en 2005. Prudence naîtra en 2011. « C’est en devenant maman que j’ai découvert la puériculture », fait-elle valoir.

RETOUR À TROYES

En 2009, elle est recrutée par l’Avise, une association qui promeut l’entrepreneuriat social. « Je travaillais pour le DLA, le dispositif local d’accompagnement, pour les associations. Je gérais notamment leurs bases de données et leur site internet. J’y suis restée neuf ans », observe-t-elle.

C’est alors qu’elle travaillait pour l’Avise qu’elle a décidé, en 2014, de revenir à Troyes. « J’ai quitté Paris suite à une séparation. Pendant cinq ans, j’ai travaillé à domicile en effectuant un voyage à Paris par mois », explique l’Auboise.

RENCONTRE AVEC UN AGRICULTEUR

« J’ai rencontré Pascal, qui est agriculteur et vit à Saint-Phal. Je me suis installée à la campagne en 2016 et j’y ai découvert une vie sociale très développée, contrairement à ce que l’on croit », fait-elle valoir. C’est à Saint-Phal que germera ainsi dans son esprit l’idée de créer non pas un magasin fixe mais plutôt une boutique itinérante, afin de créer un rendez-vous entre les habitant.e.s. Lassée de passer des heures devant son ordinateur, Armelle Duval avait envie d’opter pour un métier basé sur les contacts humains. « Je rêvais depuis longtemps d’avoir un dépôt-vente de puériculture. C’est important de pouvoir donner une seconde vie aux articles, que ce soit les vêtements, les poussettes… et les biberons. Cela permet ainsi de lutter contre le gaspillage », insiste la dynamique commerçante. Lutter à son niveau contre la désertification des commerces de proximité, en milieu rural plus particulièrement, fait également partie de ses priorités. Et grâce à Bergamote, « les familles vont pouvoir s’habiller, se chausser, prendre soin et éveiller leurs enfants à moindre coût ». Ce nouveau service va également leur permettre « de se faire un peu d’argent en revendant leurs biens de puériculture qu’elles n’utilisent plus ».

Son dépôt-vente s’adresse aux enfants de 0 à 10 ans et aux femmes enceintes. « J’ai voulu y ajouter des articles d’artisans créateurs, afin de favoriser l’emploi local. Je propose ainsi de la carterie, des bavoirs, des cosmétiques, des trousses de toilette, des doudous, des lingettes en tissu et des bijoux en origami », détaille-t-elle.

PREMIÈRE ÉTAPE, PASSER SON PERMIS POIDS LOURD

Après une étude de marché réalisée en 2019 et son business plan validé par un expert-comptable, l’ancienne documentaliste a donc décidé de lancer son projet, dont l’investissement s’élève à 67 000 euros. Elle a fait appel à Champagne-Ardenne Active, dont le fonds de garantie a permis de cautionner 80 % de son prêt.

Il y à deux ans, une fois le camion acheté, Armelle a utilisé son compte professionnel de formation pour passer le permis poids lourd. « Et puis il y a eu beaucoup de travail en amont. Cela m’a pris un an à temps plein de préparation. En plus d’aménager le camion, avec chauffage et cabine d’essayage, il a fallu réfléchir à tous les aspects juridiques des contrats de dépôts-vente et demander aux maires l’autorisation de stationner notamment ».

Informée par le biais de l’association « Créez comme elles », dont elle est membre, elle a répondu à l’appel à candidatures du programme Orange des 100 femmes entrepreneuses. « Je suis l’une des quatre Auboises à avoir été sélectionnées parmi les onze du Grand Est. Je vais ainsi bénéficier d’un accompagnement marketing digital, soit un bon semestre de formation, avec des ateliers personnalisés. C’est très concret », souligne la chef d’entreprise, visiblement ravie d’avoir commencé ses tournées, afin d’animer le cœur des communes rurales. Et ce, sans faire de concurrence à quiconque. « Aussi, j’adore le monde de l’enfance et toute la magie qui peut y être associée. C’est un secteur qui me stimule et me donne le sourire ».

Parcours

1975 Naissance à Troyes le 21 janvier.
1996 DESS médiation et ingénierie, spécialité musées et patrimoine.
2000 DUT de documentaliste d’entreprise.
2005 Naissance de Bérénice. Prudence naîtra en 2011.
2016 Installation à la campagne, à Saint-Phal, dans l’Aube.
2019 Création de l’entreprise Bergamote, dépôt-vente d’articles de puériculture. Ouverture de la boutique itinérante le 27 janvier 2020.
Commentaires