Artpaugée, pour l’amour de l’art

Pauline Maringe et Géraldine Martres.

Commissaires-priseurs volontaires, Pauline Maringe et Géraldine Martres ont fondé l’étude Artpaugée, un cabinet d’expertise au service de l’art. Le métier de commissaire-priseur a besoin de visibilité. « Il est grand temps de changer notre image, nous faisons encore peur aux gens », explique Pauline Maringe. Avec Géraldine Martres, elle a créé il y a un an et demi à Toulouse le cabinet Artpaugée. Commissaires-priseurs volontaires, les deux jeunes femmes interviennent directement auprès des particuliers et des entreprises. Parties de zéro, elles n’ont pas racheté de portefeuille ni de fichiers clients. « On travaille beaucoup au développement du cabinet, pour se faire connaître auprès des particuliers, des courtiers d’art, des huissiers, nous communiquons sur notre site internet et sur les réseaux sociaux », précise Pauline Maringe. Diplômée de l’École du Louvre avec l’idée d’intégrer un musée, elle a
Commentaires