Aquacosy veut faire émerger l’aquaponie

aquacosy

Jérémy Lemoigner et Pierre Aubignac, cofondateurs d’Aquacosy.

Encore rare en France, l’aquaponie qui associe plantes et poissons, représente pourtant un modèle productif d’avenir. La toute jeune ferme pilote qui vient d’ouvrir à Montauban, veut le prouver.

Bienvenue sur L’Île aux légumes. Sous une serre 2 de 1500m, des plantes flottent sur des grands radeaux, leurs racines trempent dans 300 bassins alimentés par une grande réserve d’eau. Cette réserve accueillera bientôt des poissons dont les déjections produiront un excellent engrais pour nourrir les végétaux. L’eau, filtrée ainsi de façon naturelle, retournera ensuite dans la réserve à poissons pour entamer un nouveau cycle. Naturel, écologique, ce procédé de culture sans terre, nommé aquaponie, devrait permettre à cette ferme pilote tout juste achevée, de produire plus de 20 tonnes de fruits et légumes et plus de cinq tonnes de poissons comestibles.

Pour l’heure, L’Île aux légumes, a commencé à produire en hydroponie, le même système mais sans poissons, l’eau charriant des nutriments naturels. Et, déjà, la qualité des légumes fait le bonheur d’une dizaine de restaurateurs de Montauban. Ce projet audacieux est l’œuvre de Jérémy Lemoigner et Pierre Aubignac, issus de l’Ensat Toulouse. Ces passionnés d’agro-écologie se sont orientés vers l’aquaponie au cours de stages et travaux en Belgique et en Tunisie et sont devenus des spécialistes du domaine, avant de créer ensemble, l’entreprise Aquacosy, début 2019. « Ce nouveau mode de culture est en réalité très ancien, il était pratiqué par les Incas, explique Jérémy Lemoigner. La France est très en retard, l’aquaponie représente pourtant une véritable opportunité pour nourrir les villes dans l’avenir, idéale pour les circuits courts et la végétalisation des espaces urbains. Nous avons créé cette ferme pilote pour démontrer la pertinence d’un vrai modèle productif qui consomme 10 fois moins d’eau, zéro gasoil et n’a besoin d’aucun pesticide. »

UNE VITRINE TECHNIQUE ET TOURISTIQUE

D’abord pris pour de doux rêveurs, nos deux jeunes entrepreneurs n’ont trouvé aucun écho auprès du secteur agricole et des financeurs. Finalement, un banquier les a suivis et ils ont pu réunir les 200 000 € nécessaires à l’installation sur un terrain appartenant à la famille de Jérémy. Ils se sont retroussé les manches et ont tout construit de leurs propres mains.

Lauréat des Leaders de l’économie, Aquacosy est accompagnée aujourd’hui par la pépinière du Grand Montauban, la Chambre d’agriculture et des fonds État et Europe. « Nous démarrons à peine mais nos produits de saison sont très demandés, nous visons 25 restaurants, fin 2020. On peut tout faire pousser, de façon naturelle et même si on n’a pas droit au label bio (pas de terre), les qualités nutritives sont excellentes. L’objectif est de créer dans cette ferme une vitrine technique et touristique, le public pourra bientôt venir faire de la cueillette. »

Le modèle économique repose aussi sur le développement d’un bureau d’études qui apportera ses compétences, encore rares en France, aux porteurs de projets publics ou privés. « On a signé trois études en Nouvelle Aquitaine, une en Occitanie, région en pointe où les initiatives se multiplient. Et nous avons une énorme opportunité dans un pays étranger. Le potentiel est très fort, la gestion de l’eau devenant un enjeu considérable. Le seul frein à cette culture d’avenir est le coût de l’installation », confirme le cofondateur.

Commentaires