Apprentissage et industrie : opération séduction

Patrice Autier, responsable du pôle formation UIMM, dans l’un des ateliers du site rémois.

Si l’apprentissage a le vent en poupe, le secteur de l’industrie peine à trouver des compétences pour combler tous les postes à pourvoir. L’UIMM prend ce constat très au sérieux. Lors de cette rentrée 2019, 200 candidats marnais sont entrés sur la voie de l’apprentissage : 22% en niveau Bac Pro, 47% en niveau BTS et 31% en ingénierie. Si ces chiffres paraissent satisfaisants, il reste quand même 40 postes à pourvoir dans plusieurs domaines de l’industrie. Pour Jérôme Ferreira-Reis, délégué territorial de l’UIMM de Reims, cette difficulté à recruter est « difficile à comprendre, surtout en considérant le taux de chômage dans l’industrie et les travaux publics ». Ce potentiel de recrutement majeur est d’autant plus marqué que 38,4% des effectifs du secteur ont plus de 50 ans, « c’est-à-dire que près de 14 000 personnes vont partir en retraite dans les dix pro- chaines années », précise-t-il. Recruter