AMB France fait trembler les moustiques

Claudio Casellli, dirigeant de l’entreprise AMB France basée à Gaillac.

L’entreprise gaillacoise, AMB France, spécialisée dans la fabrication de moustiquaires, double ses ventes chaque année. Dans l’univers de la fermeture (volets, fenêtres), les professionnels scrutent le moustique à la loupe. Le potentiel de développement est énorme, le marché français de la moustiquaire est en plein développement.

Claudio Caselli, le dirigeant de l’entreprise vous le dira sur un sourire : « j’aime tous les moustiques, tigres ou pas. C’est mon gagne-pain. L’émergence de nouvelles espèces de nuisibles nous aide à développer nos ventes. »

AMB France a été créée en 2005, émanation de l’entreprise italienne Novellini, spécialisée dans la fabrication de moustiquaires. En 2003, les Italiens vendent l’activité à leurs cadres. Claudio Casellli fait partie des collaborateurs. Il connaît bien les produits, il décide de développer le marché sur la France et les pays francophones, depuis Gaillac.

Depuis 2013, le groupe s’appelle In & Out et détient 49 % des parts d’AMB France.

UN MARCHÉ DE NICHE, ÉCOLO ET DURABLE

« Au départ, AMB France n’était qu’une agence commerciale, puis très vite, nous avons monté un entrepôt de 200 m2. Nous voulions offrir de nouveaux services à nos clients comme un SAV plus performant », explique le dirigeant, très fier de réparer dans ses ateliers des produits qui ont plus de 15 ans, « un vrai gage de qualité ».

Huit salariés travaillent à Gaillac à l’année, une dizaine d’intérimaires vient prêter main forte lors du pic de production. De mai à juillet, Claudio Caselli avoue ne pas toucher terre.

Les profilés en aluminium et la toile pour les moustiquaires arrivent de toute l’Europe en grosse quantité, prêts à être découpés et assemblés, du 100 % sur-mesure. « Fin 2022, notre objectif est de produire 80 % de nos produits vendus. »

Pas de vente directe aux particuliers, AMB Gaillac s’est imposée sur le marché en choisissant de travailler avec les professionnels. L’entreprise fournit des solutions aux fabricants de volets roulants, leur permettant d’intégrer les moustiquaires à leurs produits. Motorisée, à chainettes, à treuil, plissée, enroulable… La fabrication de la moustiquaire n’a plus de secret pour AMB.

Claudio Caselli voit loin : 25 à 30 ans de développement du marché grâce aux moustiques. « Le marché italien arrive à saturation, explique- t-il. La France, elle, est sous-équipée. Il y a un énorme travail de sensibilisation à faire. »

VENTES BOOSTÉES GRÂCE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

À la fin du confinement, en mai dernier, l’entreprise s’est retrouvée sous la vague. « Les clients ont anticipé en sachant qu’ils passeraient une bonne partie de l’été chez eux, ils voulaient se protéger. Nous avions 600 000 € de stock, ça nous a permis de répondre très vite à la demande ». En juin 2020, AMB a réalisé 60 % de ses recettes de l’année précédente.

L’entreprise fabrique en moyenne 40 000 moustiquaires par an pour un CA de 2,6 M€ (2020). Une autre part de son activité repose sur la conception de stores intérieurs et extérieurs. Là aussi, le marché est en croissance.

Moustiques, guêpes, frelons… Le réchauffement climatique bouleverse l’écosystème et réveille toutes sortes de nuisibles. « Il y en aura d’autres, c’est inévitable, avec la multiplication des échanges. Je pourrais citer l’exemple du moustique tigre, arrivé en avion », ajoute Claudio Caselli.

En 2019, AMB a poussé les murs, construisant un atelier de production de 1000 m2. L’entreprise a triplé le nombre de postes de travail et embauche en moyenne trois personnes par an. « Je fais très attention au savoir-être des collaborateurs, je tiens à garder un esprit familial, humain. Ici, on apprend par l’expérience », conclut le dirigeant.

En juin 2020, l’entreprise a réalisé 60 % de ses recettes de l’année précédente.

Commentaires