Adoption des premiers Bakus

Ce mercredi 19 juin, Paul-Vincent Ariston, acquéreur pionnier, a reçu son Bakus, à Brouillet, dans la Marne. (Photo : Agathe Cèbe)

Quatre robots Bakus de Vitibot ont été commercialisés et livrés aux premiers clients, dont Paul-Vincent Ariston, du champagne Aspasie. Depuis son emménagement à Reims, en février 2018, la start-up Vitibot ne cache pas ses ambitions. Fidèle à son ancrage territorial, l’entreprise tient à élaborer ses robots en local, depuis les premiers travaux algorithmiques des ingénieurs informaticiens, jusqu’à l’assemblage des pièces en atelier, en passant par les recherches en électronique et mécanique réalisées dans ses locaux. Au total, ce sont 40 ingénieurs qui travaillent en continu à l’élaboration de Bakus et à l’optimisation de ses performances et de son intelligence artificielle. Aujourd’hui, six robots enjambeurs ont été assemblés dans leur atelier dont quatre ont été officiellement commercialisés. « Même si nous espérons un développement commercial aux niveaux national, européen voire inter- national, nous tenons