À Besançon, Keolis innove dans la désinfection des bus et trams

Keolis Besançon Mobilités vient de compléter son protocole de nettoyage des véhicules de transport en commun par une solution inédite qui rend les surfaces auto désinfectantes pendant un an et élimine 99,9 % des virus et bactéries.

Depuis le début de la crise liée à la Covid-19, Keolis Besançon Mobilités met tout en place pour répondre le plus efficacement possible à l’enjeu primordial de sécurité sanitaire. Les équipes de la société Onet chargées de l’entretien des bus et tramways de la collectivité réalisent une désinfection quotidienne des véhicules, utilisant notamment un système innovant de décontamination : le cube Ozone. Ce système transforme l’oxygène en ozone, agent oxydant connu pour détruire virus, bactérie et autres moisissures. Keolis a acheté trois exemplaires de ce système, conçu en Angleterre et distribué par une entreprise bisontine. Le principe est assez simple : Les agents déposent le cube Ozone à l’intérieur du véhicule à désinfecter, sortent et ferment les portes. Ils actionnent la mise en route de l’appareil à distance depuis leur smartphone. Une heure suffit pour que l’ozone fasse son office. Et une seconde heure, après le traitement, permet de retransformer l’ozone présent à l’intérieur en oxygène inoffensif. Toutefois, même si cette solution a fait la preuve de son efficacité, la société de transport identifie très vite les limite de son protocole de nettoyage, confiant « qu’il est impossible de nettoyer systématiquement entre deux voyageurs toutes les barres de maintien, sièges, poignées… ». Keolis se met alors en quête d’un dispositif qui offrirait une désinfection quasi permanente, efficace et simple d’utilisation. C’est de l’Allemagne que viendra la solution, avec le désinfectant Liquid Guard. Cette technologie est issue de plusieurs années de recherche et de développement entre le laboratoire allemand Nano Care et l’Institut de recherche de Leibniz pour les nouveaux matériaux, basé à Dresde. Cette innovation s’inspire de la nature : il y a 15 ans, des chercheurs ont découvert que les ailes de libellules et de cigales contiennent des nano piliers antibactériens. Une découverte qui a permis d’aboutir à la création d’une solution bicouche composée d’un primaire d’accroche qui polymérise la surface du matériau à traiter et d’un principe actif pour la cristallisation. Cette solution de désinfection ne se base donc sur aucune action chimique pour tuer les pathogènes. Il s’agit d’une action 100% « mécanique ». Le produit, pulvérisé à bord des véhicules, se déploie sous forme de millions de nano harpons chargés positivement, tandis que la membrane cellulaire des microbes est chargée négativement. Cela a pour effet d’attirer les germes sur les nano harpons et de les perforer, ce qui entraîne leur destruction.

UNE DÉSINFECTION GARANTIE PENDANT UN AN

Primé aux « German Innovation Awards 2019 », ce processus physique agit continuellement pendant au moins une année, sans intervention humaine et bénéficie de plusieurs certifications ISO. Le liquide antimicrobien et son processus d’application a été testé avec succès par l’aéroport de Francfort, la branche immobilière de Natixis, plusieurs magasins Intermarché en région bordelaise ou encore par Keolis, en Île-de-France. L’autorité organisatrice de la mobilité parisienne a fait réaliser à un laboratoire indépendant un test d’efficacité conduit sur un mois d’exploitation de deux bus de 18 mètres chacun. L’un des bus a été traité en début de période avec le désinfectant de surfaces Liquid Guard puis comparé à l’autre bus qui était désinfecté quotidiennement avec les produits traditionnels. Selon les conclusions du laboratoire, le nouveau produit a démontré sur toute la période et avec une seule application, des performances supérieures aux désinfections classiques réalisées quotidiennement.

À Besançon, fin 2020, la société de Seine-Saint-Denis, Nano-Désinfection, distributeur exclusif français du traitement de surfaces Liquid Guard, a appliqué cette solution à bord des 19 rames de tramway (un adhésif « SIP Nanoprotect » informe les voyageurs de la mise en place de cette protection sanitaire). Les salles de prise de service des conducteurs et espaces de restauration de l’entreprise ont également été traités. Keolis Besançon Mobilités a fait le choix de réaliser de nouveaux tests pour s’assurer de l’efficacité du produit en conditions réelles : un premier 15 jours après application, un deuxième à 45 jours et un troisième à 90 jours. Des prélèvements ont été effectués dans une rame de tramway à plusieurs heures d’intervalle. Ils révèlent que la quantité de micro-organismes diminue de 50% entre les premières et dernières séries de prélèvements. Il resort également que cinq surfaces étaient définies comme fortement contaminées lors de la première série contre une seule lors de la dernière et que la manette de traction, qui montrait l’un des taux les plus hauts de contamination, s’est vu réduit par quatre entre les deux prélèvements. Selon les résultats sur la durée, il est envisagé d’étendre ce traitement désinfectant à tout ou partie de la flotte de bus.

La solution désinfectante Liquid Guard s’inspire de la nature et notamment des ailes de libellules et de cigales.

Commentaires