40 millions d’euros pour les mobilités biocarburées du Grand Est

La Région vient de présenter, lors de sa dernière séance plénière son contrat de filière biocarburants durables, contrat porté par 40 millions d’euros pour la période 2021-2024. Il s’agit de la concrétisation de l’engagement d’une quarantaine d’acteurs, de l’agriculture et de l’industrie ainsi que des institutionnels, pour développer l’usage des biocarburants dans les mobilités.

Cette stratégie s’appuie sur des ressources régionales durables. Le Grand Est est la première région productrice de colza (19% de la production nationale), la deuxième pour la betterave sucrière (25% de la production nationales) et également la deuxième pour la récolte du bois (20% du volume national). La région produit cinq fois plus d’éthanol qu’elle n’en consomme, avec un excédent exporté. 22% de ses stations installées sur son territoire propose du E85 (superéthanol). Le Grand Est est ainsi la première région productrice de biocarburants, (40% de la production nationale de bioéthanol), également la première pour le nombre d’unités de méthanisation. Les sites de production de bioéthanol et biodiesel, majoritairement sur le territoire champardennais (quatre sites sur six) appartiennent à Cristal Union (Bazancourt-Pomacle et Arcis-sur-Aube), Tereos (Connantre) et Saipol (Le Mériot).

Signé en février 2020 dans le cadre de la stratégie bioéconomie du Grand Est, le contrat pour l’avenir des biocarburants durables s’appuie sur la stratégie régionale de méthanisation, le schéma de biomasse, la stratégie hydrogène et le Business Act. Il affiche deux objectifs principaux : doubler d’ici à trois ans la part des biocarburants dans le mix énergétique pour la mobilité et consolider la place du Grand Est à la tête des régions productrices durables en Europe.

POUR UNE COMPLÉMENTARITÉ DES RESSOURCES AGRICOLES

Parmi bien des enjeux, ce contrat vise à intégrer l’ensemble des biocarburants du territoire, à veiller à la complémentarité des usages des ressources agricoles, à contribuer à la création d’outils techniques et financiers d’accompagnement des projets émergents, à structurer la filière et à la rendre durable.

La Région accompagnera le déploiement des actions du contrat de filière jusqu’à 10 millions d’euros par an pendant quatre ans. D’ici à cette échéance, elle œuvrera pour un renforcement des liens entre les acteurs, pour rassurer le consommateur, suivre les avancées techniques et encourager la recherche, aider les utilisateurs dans l’acquisition ou l’adaptation de véhicules dédiés, accompagner les industriels dans leur positionnement sur les marchés émergents.

Une quarantaine de grands groupes a déjà adhéré à ce contrat de partenariat pour dynamiser la filière en concertation, relayer l’information et participer aux organes décisionnels ou opérationnels.

Aux côtés d’Air France qui vient de les rejoindre, on peut citer Renault, Total, GRDF, Soufflet, Cristal Union, Tereos, Vivescia, Scania, Flexfuel, Ard…

FAIRE ROULER LE GRAND EST AU BIOÉTHANOL

Depuis 2019, la Région a mis en place une aide pour accompagner un millier de ménages souhaitant convertir son véhicule automobile au carburant bioéthanol. À sa mise en place, le dispositif permettait une aide de 50% du coût de la conversion dans la limite de 250 euros. L’éthanol pesait déjà plus de 7% de la consommation de carburant en France en 2019, avec une économie annuelle aux alentours de 600 euros.

Le passage au bioéthanol se traduit par une économie du budget carburant de l’ordre de 35 à 45% et de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 70%. Désormais, cette conversion au bioéthanol ne coûte plus qu’un euro par habitant.

À partir du 1er juin 2021, la Région reconduira ce dispositif en deux phases : 1 000 boîtiers à 1 euro, correspondant à une aide de 900 euros de la Région, puis 5 000 boîtiers avec une aide de 500 euros. Le Grand Est a déjà aidé la conversion de 2 700 véhicules, permettant une réduction de quasiment 50% du budget carburant des utilisateurs, disposant d’une résidence principale en région et d’un véhicule immatriculé dans l’un des dix départements du Grand Est. Les garagistes régionaux habilités à installer ce boîtier E85 sont au nombre de 172. Ils sont regroupés sur une plateforme téléphonique (03 87 18 36 26).

Commentaires